Conférence de presse des groupes armés sédentaires : Me Harouna Toureh n’est plus le porte-parole de la CMFPR

C’est la principale information que  l’on peut retenir de la conférence de presse de la coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CMFPR) tenue lundi dernier à la maison de la presse.

Maitre Harouna Toureh avocat general amadou haya sanogo conference

Me Toureh

Pour les organisateurs, cette décision se justifie par le comportement de Me Harouna Toureh qui s’était rendu à Alger au nom de ce mouvement alors qu’il n’a pas été mandaté. Ils ont rappelé que pour engager toute négociation avec les autres groupes armés qui ont occupé le nord du Mali, la CMFPR avait posé des conditions.

Les conditions sont entre autres l’intransigeance sur l’unité et l’intégrité du territoire malien, la non-reconnaissance du MNLA comme mouvement indépendantiste, la non-instauration d’une discussion avec des dissidents maliens en dehors du territoire national et l’inscription des actions des mouvements d’autodéfense dans celles des communautés du nord.

Selon Ibrahima Abba Kantao, c’est après la signature des accords de Ouaga entre le gouvernement et les groupes armés que Me Harouna Toureh a commencé un travail fractionnel. Ce travail s’est matérialisé par son absence aux rencontres qui se tenaient dans son cabinet, ses voyages et ses rencontres avec les autres groupes armés alors qu’il n’a pas été mandaté par la CMFPR.

Pour Ibrahima Kantao, le comportement de l’ancien porte-parole des groupes d’autodéfense a atteint son paroxysme avec sa participation à la rencontre d’Alger. Celle-ci a regroupé dans la capitale algérienne certains responsables des groupes armés.

Même si la CMFPR se réjouit de l’implication de l’Algérie pour apporter sa contribution dans l’instauration de la paix et la sécurité au Mali, elle a exhorté ce pays à faire preuve de professionnalisme tout en se basant sur les acquis qui sont les accords de Ouagadougou.
Le Pr Younoussa Touré, a affirmé que les groupes armés sédentaires ne se reconnaissent pas dans ceux qui étaient à Alger. L’organisation se réserve le droit de les poursuivre en justice s’il s’avérait qu’ils ont agi au nom et pour le compte de la CMFPR.
Pour  le secrétaire général de Ganda-Koy, l’exclusion de Me Harouna Touré se justifie par sa violation de tous les principes de la coordination.

Pour mettre fin à cette cacophonie, les responsables présents à cette rencontre ont tous affirmé qu’à compter du 14 janvier 2014, Me Harouna Toureh n’est plus le porte-parole de la CMFPR. En attendant sa restructuration, Ibrahima Abba Kantao assurera la présidence de l’organisation jusqu’à la prochaine rencontre destinée préparer les  futures négociations.   Rappelons que la CMFPR a été mise en place à Ouagadougou où étaient présents plusieurs responsables des groupes armés pour participer aux pourparlers inclusifs initiés par Tiéblé Dramé. C’est à cette période que Me Harouna Toureh a été désigné porte-parole de la coordination.
Moussa  SIDIBE

SOURCE: L’Indépendant
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *