Conclave à Nouakchott sur la crise malienne : Bilan et perspectives

Conclave à Nouakchott sur la crise malienne : Bilan et perspectives

Un sommet des ministres des Affaires étrangères des pays voisins du Mali s’ouvre, aujourd’hui dimanche à Nouakchott, au Palais de Congrès sur la crise malienne à l’initiative du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS/UA).

De nombreux chefs de la diplomatie mettront à profit cette rencontre, qui se tient au lendemain des assurances solennelles faites par le président de la république Ould Abdel Aziz sur la disposition totale de la Mauritanie à s’impliquer sur le plan militaire dans la perspective de la transformation de la Misma en armée sous mandat onusien.

C’est l’occasion de dresser un premier bilan de l’intervention française et ouest africaine dans cet Etat, mais surtout sur le déploiement de la MISMA dans ce pays pas entièrement débarrassée de la mainmise des groupes armés actuellement refoulés dans les monts des Ifoghas.

Les travaux de la Conférence des ministres des Affaires étrangères des pays limitrophes du Mali s’ouvrent à Nouakchott ce dimanche 17 mars courant. Et depuis la soirée du vendredi, certains ministres des Affaires étrangers ont commencé à fouler le tarmac de l’aéroport international de la capitale mauritanienne.

Les chefs des diplomaties des Etats de l’Algérie, de Guinée, du Tchad du Niger, du Sénégal, du Burkina, du Mali et de la Libye devraient assister à ces concertations aux côtés d’autres organisations internationales intéressées par le conflit malien sur les plans politique, humanitaire ou sécuritaire.

Au menu de ce conclave régional, les ministres des affaires étrangères débattront du déploiement de la MISMA (Mission internationale au soutien du Mali), de l’intervention de l’armée française, de la lutte contre le terrorisme dans la sous-région ainsi que de la sécurisation des frontières…

Notons que ce rendez-vous de Nouakchott qui fait suite à la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine de janvier dernier, recommande le traitement de la coopération des pays voisins du Mali dans le domaine du renseignement et du contrôle des frontières dans cette région où les forces armées maliennes, françaises et africaines se battent depuis le 11 janvier ce dernier contre les groupes islamistes armés qui ont occupé ce pays pendant plus de neuf mois.

Il s’agira encore de la mise en place d’arrangements sécuritaires pour la région sahélo-sahélienne dans le cadre de l’architecture africaine de paix et de sécurité.

A propos des nouvelles dispositions de Nouakchott pour s’engager aux côtés des frères maliens dans leur guerre contre les djihadistes et les groupes armés, qui expliquent pour beaucoup d’aspects les raisons de la tenue de cette conférence des pays voisins du Mali, rappelons que le président mauritanien avait à Abou Dhabi, au cours d’un entretien avec le président français François Hollande, puis plus tard au cours de conférences de presse tenues successivement avec ses homologues nigérien et malien à Nouakchott que laMauritanie est prête à participer à l‘opération Serval si le Mali en fait la demande.

Une option que les autorités mauritaniennes avaient constamment écartée depuis le début de l’offensive dans le nord du Mali pour s’en tenir uniquement à la défense du territoire national.

CM et MOML

Sourcecridem.org

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *