CHASSE A L’HOMME DANS LA COMMUNE DE BANDIANGARA : Le maire dédouane, Dana Amassagou accuse les groupes armés

Le lundi dernier, la commune de Bandiangara a failli se vider de sa population peulh suite à des rumeurs appelant cette communauté à quitter la ville. La ville n’est pas tout à fait vidée de sa population peulh, mais c’est une réalité de constater qu’une partie de cette population était en train de sortir de la ville à la suite des rumeurs leur demandant de partir“, reconnait Housseini Saye, maire de la Commune de Bandiangara.

 

Ce lundi, la communauté peulh de la commune de Bandiangara a vibré au rythme d’une psychose générale. C’est plutôt des rumeurs les appelant à quitter la ville qui en étaient la cause. “La ville n’est pas tout à fait vidée de sa population peulh, mais c’est une réalité de constater qu’une partie de cette population était entrain de sortir de la ville à la suite des rumeurs leur demandant de partir”, nous confirme le maire de la ville, Housseini Saye.

Selon lui, l’origine de cette rumeur n’est jusque-là pas été vérifiée. Mais se dit fondé à croire qu’il s’agit d’une psychose créée de dehors par des groupes armés. “Sinon entre les populations elles mêmes, il n’y a pratiquement rien. Ce sont des populations qui ont vécu en symbiose et qui continuent à s’accepter dans la même harmonie et qui s’apportent mutuellement tout ce qu’il faut dans le cadre d’un bon vivre ensemble”, a-t-il précisé.

Dana Amassagou hors de cause

Depuis lundi, une certaine opinion faisait croire que ces rumeurs de chasse à l’homme venaient de l’état major de la milice Dana Amassagou. Mais le maire de la commune de Bandiangara n’y croit à rien de cela. “Dana Amassagou a apporté un démenti formel, qu’il n’a dit à personne, ni à aucun peulh de quitter la vile. D’ailleurs, c’est leur premier chef qui a fait la déclaration disant qu’ils n’ont rien contre la communauté peulh. Seulement qu’ils ont à faire aux porteurs de mauvais projets c’est-à-dire ceux qui sont en train aujourd’hui de détruire de jour comme de nuit des villages du pays dogon”, nous a confié Housseini Saye.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *