Changement de cap à « AN TE, A BANA. TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION ! » : Le régime sous haute surveillance !

Après avoir gagné le combat contre la révision constitutionnelle, le mouvement « An tè, A Bana. Touche pas à ma constitution ! » prépare sa mue dans la continuité. À l’image du « Balai citoyen » au Burkina Faso ou « Y’en a marre » du Sénégal, « An tè, A Bana. » sera désormais une sentinelle citoyenne qui veillera sur la gouvernance au Mali. Cette décision, prise le vendredi dernier, sera concrétisée dans les jours à venir lors d’un rassemblement des militants. C’est dire que le régime en place sera désormais sous haute surveillance.

referendum revision constitution manifestation marche colere foule

L’environnement dans lequel intervient cette mue est empreint d’une atmosphère commune, celle de la frustration. Une frustration face à l’abandon des citoyens par les autorités publiques, mais également une frustration face à l’inertie et à l’injustice dont ils font les frais. La nouvelle version « An tè, A Bana » se créée alors pour exiger une meilleure gouvernance de la chose publique. Une exigence qui s’impose, dans un pays où les dirigeants ont plus à cœur l’enrichissement personnel, de la famille et du clan ; plutôt que la recherche de l’épanouissement des citoyens dont ils ont la charge. Promettant un combat féroce non pas pour conquérir le pouvoir, mais pour le faire exercer dans l’intérêt de tous, ce nouveau « An tè, A Bana » se distancie volontairement de la société civile alimentaire qui gravite autour du pouvoir. Comme quoi, une nouvelle société civile émerge au Mali. Celle-ci a comme spécificité d’être un mouvement hétérogène, dont l’engagement vise l’avènement d’une nouvelle gouvernance, le changement de « direction ». Les contours ont été dessinés lors de la dernière Assemblée générale du mouvement. « La Plateforme restera plus que jamais vigilante et mobilisée afin que l’intérêt supérieur de la Nation, l’unité nationale et l’intégrité territoriale du pays redeviennent les seules priorités du gouvernement de la République dans le respect scrupuleux de la Constitution, des institutions républicaines, de l’honneur et de la dignité des citoyennes et des citoyens…Notre peuple, en toutes ses composantes, est désormais DEBOUT et responsable de son destin », explique le mouvement dans un communiqué. La mouture de cette nouvelle société civile ressemble à celles des mouvements de renom comme le « Balai citoyen » au Burkina Faso et « Y’en a marre » au Sénégal. Un nouveau directoire sera mis en place, pour conduire les troupes sur ce nouvel front. Et le mouvement aura à l’œil les faits et gestes du régime en place, les éventuels dérives seront dénoncés, comme jamais ils ne l’ont été depuis quatre ans. Faut-il le rappeler, certains mouvements qui composent la plateforme étaient dans cette dynamique.

Les jeunes aux avant-postes

Les mouvements comme « Trop, c’est trop », « Tarata Woulé », « CDR » développaient, depuis des mois, des discours contestataires. L’opinion ignorait qu’un très fort potentiel protestataire sommeillait en ces jeunes, confinés dans le chômage et laminés par les crises tous azimuts. Il fallait une étincelle pour que s’exprime leurs puissances de frappe. Et, l’initiation du projet de révision constitutionnelle, signe le départ du mouvement de protestation. Les différentes mobilisations témoignent de la détermination de ces jeunes en mouvement, et de leur don de soit pour peser sur la vie commune. Ces jeunes, animés par des mobiles similaires, ont engagé, souvent dans l’urgence et la ferveur, des actions décisives.  Ils ont pu mettre en œuvre des initiatives populaires qui ont rempli le vide laissé par la faillite d’une société civile malienne décriée…

En effet, face à ce qui apparaissait comme un risque avéré de régression démocratique (dérive monarchique et hyper-patrimonialisation du pouvoir), les jeunes réussissent, en jonction avec les autres organisations de la société civile et les partis politiques d’opposition, à mettre en branle un puissant mouvement, pour faire barrage. Le retrait du projet de loi, sous la pression de la rue, loin de briser l’élan protestataire, creuse la brèche dans laquelle va s’engouffrer « An tè, A Bana » qui désormais s’érige en défenseur de la masse populaire. Le slogan « Touche pas à ma constitution » a déjà fédéré les résistances. Une démarche de combat fondée sur des valeurs républicaines s’engage avec comme cible unique la mauvaise gouvernance. Dans les jours à venir, le mouvement va fixer un horizon de lutte, lancer des slogans, et prôner le changement. Un comité est déjà chargé de la rédaction du manifeste qui déterminera la nouvelle orientation. D’ores et déjà, il se murmure que le mouvement, à l’instar de « Y’en a marre », va agir par des voies non violentes : sit-in, pétitions, mobilisations pacifiques. Au sein de l’opinion nationale, on estime que l’irruption de cette force sociale nouvelle, capable de faire bouger les lignes, est l’expression d’un ras-le-bol généralisé.

I B D

Source: L’ Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *