Centre du Mali : La gestion faite de la crise par l’Etat inquiète la communauté dogon

‘‘Le pays dogon est obligé de se défendre ou de cesser d’exister’’, a-t-on dit  dimanche, 18 Août, à Bamako lors d’un meeting organisé par le mouvement ‘‘Baguiné Sô’’ et qui a rassemblé  les représentants d’un grand nombre d’organisations  de la communauté dogon.

‘‘Nous ne comprenons pas la cabale de certains militaires  contre nos groupes  d’autodéfense. Ils leur retirent les armes pendant  qu’ils montent la garde afin que les autres puissent cultiver’’. Déclaration du mouvement  ‘‘Banguiné Sô’’ sous cette tribune.  Selon Hamidou Djimdé, président dudit mouvement, c’est cette attitude le l’Etat  qui a occasionné les évènements récents à Dioundourou.

Dioundourou,  village situé à  15 Km de la ville de  Bandiagara a été entièrement  incendié  dans la nuit du 11 au 12 Août. Du bétail et deux personnes enlevés et  les assaillants jusque-là non encore identifiés,  selon Amidou Djimdé si ces évènements ont pu avoir  lieu c’est parce que   la veille ont  été désarmés   ceux-là (les chasseurs ) en charge de la sécurisation de ce village d’environ 3.000 habitants parti en fumée pendant 18 heures alors que l’armée postée à 15 Km (à Bandiagara) n’est pas intervenue.

Selon Amadou Guindo, représentant de l’Association Djina Dogon à ce meeting, ce sont les mêmes  circonstances qui ont occasionné les évènements du 16 Août dernier à Anakila (Cercle de Koro) où 4 personnes ont été  tuées et du bétail emporté. Il pense que le pays dogon  est désormais obligé de ‘‘se défendre ou de cesser d’exister’’.

Bénogo Ouologuem de l’association pour le développement du cercle de Bandiagara avance que le premier responsable du cycle de la violence au centre du pays est le président de la  République en personne : ‘‘IBK a fait une grosse erreur en indexant Dan An Amassagou  d’être l’auteur du massacre d’Ogossagou (23 mars 2019)’’. Selon lui, cette accusation a ouvert la voie à de nouvelles représailles entre les communautés.

Georges Togo, ancien gouverneur  et toujours lors du meeting, ne partage pas ces avis : ‘‘Mettons de l’eau dans nos vins, on n’aboutira  à rien dans cette violence, il est temps qu’on agisse en responsable’’, a-t-il dit s’excusant pour la portée de ses mots et rappelant surtout qu’il n’est plus temps de savoir qui a raison ou qui a tort, mais de trouver rapidement  une solution à la crise.

‘‘L’investissement pour la paix se fait à deux’’, rétorque Adama  Djongo, un autre leader associatif présent à la rencontre.  Sous cette tribune,  il a interpellé l’Etat du Mali à traiter au même pied d’égalité  toutes les parties pour une résolution définitive de la crise.

Même message de la part de Drissa Kanambaye qui se réclame de la diaspora. Selon lui on assiste à l’exonération de la situation sécuritaire au centre  par le fait que la population est désarmée et laissée pour elle-même.

Dans la déclaration rendue publique, le mouvement Baguiné Sô appelle l’Etat du Mali à désarmer tous les détenteurs illégaux d’armes, sécuriser les civils et ‘‘envisager de créer un programme de dédommagement pour les victimes civiles de la crise communautaire.’’

Source: 223infos

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *