Centre : ce qui empêche le Haut représentant du chef de l’Etat d’être sur le terrain

Depuis sa nomination par le chef de l’Etat le 20 Juin dernier comme son représentant dans la résolution de la crise du centre, Dioncounda Traoré n’a jamais mis les pieds au centre. Au fond, c’est tout autre chose.

Dans le cadre de la résolution de la crise du centre, marquée par des massacres des centaines de civils, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, avait nommé l’ancien président de la transition, Dioncounda Traoré, comme son représentant dans la résolution de la crise du centre. C’était le 20 juin dernier à la faveur du Conseil des ministres. De cette date à nos jours, Dioncounda Traoré n’a jamais franchi les portes des régions de Mopti ou de Ségou qui constituent le centre, notamment son champ d’intervention. Et cela malgré les multiples visites du Premier ministre, Boubou Cissé, dans cette partie en proie à l’insécurité.

Qu’est ce qui empêche Dioncounda à se rendre au centre ?

La question taraude les esprits et suscite des interrogations au sein de l’opinion nationale et internationale. Nous avons tenté d’en savoir un peu sur cette position de l’ancien président de la transition. Au cours de nos investigations, nous avons rencontré des ressortissants du centre, notamment des notabilités de la région de Mopti. Des discussions, ceux-ci, nous ont révélés pourquoi Dioncounda ne peut pas les rencontrer au nom du chef de l’Etat.

Selon ces notabilités, l’idée de nommer un Haut représentant pour le centre serait venue d’eux. L’argument est que ce sont eux qui avaient nourri le projet pour la stabilité du centre. Elles avaient tout planifié et même soufflé un nom consensuel au chef de l’Etat. Cette personne n’était autre que l’ancien chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, fin connaisseur de la localité et fils du terroir. Une mission était même parvenue à convaincre ATT depuis la capitale de la Teranga.

A leur grande surprise, explique une source proche du dossier, avant même l’arrivée de la délégation du Sénégal, Dioncounda Traoré fût nommé à ce poste. Mieux, c’est toute la région de Mopti qui avait pris l’initiative pour mettre fin aux hostilités intercommunautaires qui avait occasionné des centaines de morts.

Mécontentes de cet acte du chef de l’Etat qu’elles qualifient de « trahison », les notabilités de la Venise du Mali ont donc protesté face à cette nomination de l’ancien président de la transition, qui n’a pas fait l’unanimité autour de sa gestion de la crise du Nord, en informant le chef de l’Etat de leur désolidarisation du projet avant de lancer des menaces à l’encontre de son représentant de ne pas se rendre au centre pour quelconque discussions. Et depuis sa nomination le 20 juin dernier à nos jours, Dioncounda Traoré n’a effectué aucune visite au centre ce malgré les multiples missions des membres du gouvernement et du Premier ministre, Boubou Cissé. Ce constat confirme la thèse des notabilités de la région de Mopti et indique le malaise autour de cette nomination de Diouncounda Traoré….Lire la suite sur Aumali

Ousmane Daou

Source: L’indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *