« Boulikessi et Mondoro : un nouveau revers pour les terroristes du JNIM »

Dans la nuit du 23 au 24 janvier, les camps de Mondoro et de Boulikessi ont de nouveau été visés par des attaques terroristes. En 2019, le JNIM était déjà parvenu à tuer 38 de nos soldats dans un attentat simultané contre ces deux mêmes emprises militaires des FAMa et des troupes combinées du G5 Sahel. Fort de ce bilan, il est revenu à l’assaut, comme pour marquer une nouvelle fois les esprits de son empreinte barbare. Sauf que cette fois-ci, nos armées, avec le soutien de nos partenaires de Barkhane, ont pris leur revanche…

 

Bien que très durement touchées dans cet assaut qui a coûté la vie à 6 de nos soldats et en a blessé 18 autres, elles ont réussi à mettre en déroute leurs assaillants et ont fait payer un lourd tribut à Iyad Ag Ghali et à Hamadoun Kouffa. En effet, plus de trente terroristes sont morts et parmi eux, certains étaient des adolescents. Une nouvelle fois des enfants en première ligne… la cruauté du JNIM n’a vraiment aucune limite. Au-delà du terrible bilan humain, deux pickups ont été saisis, de même qu’une quarantaine de motos et d’importantes quantités d’armement.

C’est un nouveau revers pour le JNIM qui croyait à tort s’attaquer à plus faible que lui. La mort de combattants devrait entamer le moral de ses troupes et la perte de matériels pourrait gêner ses prochaines actions. Si la katiba du Macina, sans doute à l’origine de ce double assaut, avait pour objectif de prendre l’ascendant psychologique sur nos FAMa, de semer la peur en répandant la mort, de consolider et d’agrandir son emprise territoriale au détriment de notre République… on peut dire que c’est gâté !

Aïcha Sangaré

SourceMalijet

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.