Bamako fragile face à la menace terroriste régionale

Mardi soir, trois gendarmes sont tués dans la région de Mopti, dans le nord du Mali. Les autorités maliennes estiment que les responsables sont des djihadistes.
djihadistes rebelle mnla mujao aqmi

Depuis la signature de l’accord de paix, il y a eu près d’une attaque terroriste par mois au Mali, au nord comme dans la capitale. La situation préoccupait les participants à la réunion de consultations tenue à Alger lundi. «Se référant aux attaques terroristes au Mali et au Burkina Faso, les participants ont mis l’accent sur la nécessité d’une conjugaison des efforts non seulement des parties maliennes signataires mais aussi des pays de la sous-région, avec l’appui actif de la communauté internationale», est-il écrit dans le communiqué final de la réunion.

L’attaque de l’hôtel Splendid qui a provoqué la mort de 30 personnes dans le centre de la capitale du Burkina Faso, le 15 janvier, a rappelé que le terrorisme menaçait toute la région, déjà fragilisée. Dans le nord du Mali, les Casques bleus de la Minusma sont plus souvent les victimes des attaques que les acteurs de la lutte antiterroriste. A Bamako, le renforcement des contrôles après l’attaque du restaurant La Terrasse au début de l’année dernière n’ont pas empêché la prise d’otages du Radisson Blu.

A Ouagadougou, le groupe d’experts du International Crisis Group estime que la transition politique a affaibli les capacités du pays à se protéger du terrorisme : «Avec la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), organe sécuritaire du président Blaise Compaoré, ndlr, c’est une unité bien formée et bien équipée pour combattre ces menaces qui disparaît.» Pourtant, à Bamako, difficile d’avoir une position unie. «La classe politique malienne se divise aussi sur la volonté affichée de vouloir négocier avec Iyad Ag Ghali et les islamistes», explique un expert bamakois, qui s’inquiète aussi des positions publiques de hauts responsables ouvertement hostiles à toute discussion avec les mouvements armés. Or, ces derniers répètent que sans leur connaissance du terrain du Nord, il est compliqué de lutter contre AQMI et le Mujao.

Pour la sécurité de la région, un expert affirme : «Le nœud, c’est le crime organisé.» «Le rôle de Barkhane est uniquement la lutte contre les terroristes. Il est différent de celui de la Minusma qui ne cherche pas l’ennemi, mais empêche de se faire taper dessus. Le problème des forces françaises est qu’elles sont coincées entre les barons de la drogue qui alimentent en partie les groupes terroristes et aussi en argent des hommes politiques dans la capitale malienne, et dans les capitales de certains pays du Sahel.

Si on n’engage pas le combat sur les deux fronts, la lutte contre les terroristes dans cette région est vouée par avance à l’échec», explique Hama Ag Sid’Ahmed, membre du MNLA qui fait partie de la Coordination des mouvements de l’Azawad. Le 12 janvier, la présidence malienne annonçait : «Nous avons des informations fiables qui certifient que certains hommes politiques sont impliqués dans le narcotrafic au nord du Mali.» Depuis, aucune procédure de justice n’a été enclenchée.

Beratto Leïla

 

Source: El watan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *