Autorités Transitoires dans le Nord : le marionnettiste, sa marionnette et leur complice

Alors qu’on s’attendait à être agréablement surpris, le forum de Kidal, prévu débuter le 27 mars, ressemble de plus en plus à un spectacle déjà vu, mis en scène en coulisse par le HCUA. Les déclarations initiales  de paix et de réconciliation distillées récemment par Ag Ghabass Ag Intallah avaient-elles pour unique objectif d’endormir les partenaires internationaux du Mali ?

zahabi ould sidi mohamed ministre malien reconciliation nationale conference accord paix mnla cma Plateforme

Alors que tout le monde se plaisait à imaginer, par avance, une fin heureuse à l’issue du forum, le HCUA a tout manigancé la semaine dernière à Bamako, non pas dans les couloirs du gouvernement, mais directement chez un ministre ! Sommes-nous entrain d’acheter à Iyad Ag Ghali la paix de cette réunion et son éloignement de la ville le jour J, au prix de l’attribution à ses affidés du HCUA des principales fonctions territoriales liées à l’autorité de l’Etat, notamment dans la région de Kidal, voire Ménaka ?

Même si on peut admettre que le gouvernement soit consensuel en ce qui concerne les réformes dans le nord et la désignation des autorités de transition, une manœuvre politique insidieuse s’est déroulée sur la moquette, là où elle allait échouer sur le terrain. Sans prendre de risque, nous pouvons affirmer que le HCUA est seul à la manœuvre, et il pilote sa barque de façon à ne prendre aucun risque quant à remporter la gestion de Kidal voire d’autres villes. Car l’enjeu est bien là, il reste identique depuis des dizaines d’années à l’instar des rebellions qui s’y sont succédées : c’est le contrôle de l’Adrar des Ifoghas et de l’ensemble de sa région avoisinante. Qui contrôle Kidal, contrôle les flux qui y passent ou qui y parviennent. Les quelques touaregs Ifoghas ne sont pas prêts à partager leur gâteau avec qui que ce soit, surtout pas avec leurs nombreux vassaux d’antan, malgré les efforts louables de l’audacieux général Gamou pour renverser significativement les rapports numériques à l’avantage du GATIA en réinstallant ses déplacés à Kidal.

Cela étant maintenant dit : Comment une telle manœuvre peut-elle se mettre en branle à la barbe de nos plus sages édiles ? Le HCUA a forcément eu besoin et recours à des appuis au sein du gouvernement. Et Une source bien renseignée identifie  formellement Mohamed Ag Erlaf comme le facilitateur de cette négociation. Ministre de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, né à Tessalit et donc fils de l’Adrar des Ifoghas, il a toujours entretenu des liens fraternels avec la CMA et plus particulièrement avec le HCUA. Notons que ce même Mohamed Ag Erlaf a participé à toutes les rebellions aux cotés de personnages tristement célèbres comme Iyad Ag Ghaly. Ag Erlaf Repenti ? Le doute est permis !

Ag Erlaf, l’expert du sujet des collectivités territoriales dont il a été le directeur général, le HCUA a trouvé en lui un allié de poids. La félonie réside surtout dans la hâte de ces désignations d’autorités sélectionnées dans le cheptel exclusif d’Al Ghabass Ag Intallah, et ce à l’insu des autres communautés du Nord ! L’officialisation de la mise en place de ces autorités de transition par le gouvernement en la personne de Mohamed Ag Erlaf, plutôt que par Malouba, serait prévue au cours de la semaine précédant le Forum. Si cette désignation est véritablement à la faveur de la fratrie d’Al Ghabass Ag Intallah (Mohamed ne peut pas ne pas être de ce coup fourré…) et par extension de Iyad Ag Ghaly (le marionnettiste…), nous devrons nous attendre à une réaction épidermique et compréhensible de la communauté des Imghads et alliés. Devons-nous, alors, craindre pour la tenue de ce Forum ?

Enfin, cette manœuvre politique mettrait une nouvelle fois en lumière la connivence du HCUA et du  salafo-terroriste Iyad Ag Ghaly, qu’elle représente par contumace. Ce dernier ne serait plus seulement soutenu par les islamistes radicaux du nord, mais désormais également par son vieux complice à Bamako, le ministre de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, qui va lui servir sur un plateau d’argent le contrôle politique et administratif de la région de Kidal qu’il n’aura pas réussi à prendre par les armes !

Paul-Louis Koné

Source: Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *