Attentat terroriste à Bamako: Les autorités paient cash leur laxisme

Depuis la reconquête des régions nord du pays par les Fama et les pays amis, en chassant les groupes terroristes qui écumaient dans ces  zones, tous les observateurs avertis savaient que Bamako n’était pas à l’abri d’un attentat terroriste.

De ce fait, les autorités devaient prendre les mesures idoines pour parer à toute éventualité. Malheureusement, le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités était inefficace pour dissuader les jihadistes de venir perpétrer des attentats à Bamako. Ainsi, c’est une psychose qui gagne aujourd’hui les populations après l’attaque du restaurant «La Terrasse». 

 

Les hautes  autorités, plus précisément le ministre de la Sécurité intérieure,  ont été  à plusieurs reprises interpellées  par les médias à prendre des mesures efficaces pour contrer la montée du grand banditisme à Bamako et environs. Malheureusement, c’était prêcher dans le désert. Le ministre Sada Samaké,  dans son orgueil qu’on le connaît, ne faisait qu’à sa tête.  Mettant du coup des vies humaines en danger. Acculé par des critiques, il organisa une grande patrouille et la suite, on la connaît. Depuis, l’attaque du général Ould Meydou à son domicile, l’on savait que les populations de Bamako étaient davantage exposées aux attaques des jihadistes et qu’il fallait trouver des remèdes pour faire face à la situation. Et voilà aujourd’hui le triste résultat du laxisme des autorités : cinq personnes arrachées à l’affection des leurs proches par des actes barbares des terroristes au restaurant «La Terrasse» de Bamako. Une situation qui pouvait être évitée, si des dispositions bien réfléchies avaient a été prises.

Tous les coins stratégiques (les 3 ponts qui relient les rives, les monuments, édifices publics ou les grandes artères)  de la capitale échappent au contrôle de nos forces de l’ordre. Même, s’ils sont présents, le contrôle est souple. Il est très facile de détourner l’attention des agents postés à tel ou tel endroit. Car, ils sont distraits. La plupart du temps, ces agents de sécurité sont beaucoup plus occupés à prendre du thé, où à draguer les jeunes filles qui défilent, mettant le plus souvent leurs vies et celles des autres en danger, qu’à accomplir leurs missions.

Généralement, ils sont éloignés de leurs armes et peuvent être victimes  de surprises désagréables. Il urge pour nos autorités de prendre toutes les dispositions adéquates pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens. Ce qui est arrivé au restaurant «La Terrasse», ne doit plus se répéter. Il va donc de soi pour les autorités d’inciter les forces de sécurité à accroitre les fouilles a l’entrée des grandes villes pour savoir, qui fait quoi, qui va où. C’est à ce prix qu’elles pourront prendre le taureau par les cornes.

Pachi TRAORE

Source : L’œil du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.