Attaque de Radisson Blu : le FBI, la gendarmerie royale du Canada et une équipe Belge, en appui aux enquêteurs maliens

Le colonel Christophe Mombelli-Valloire, l’adjoint du chef de la police de la Minusma, et chef des opérations a animé ce jeudi 26 novembre 2015 la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma).

attentat terroriste djihadiste hotel radissoon enquete fbi gendarmerie royale canada belgique

Actualité oblige, la rencontre avec les hommes de médias a tourné principalement autour de l’attaque terroriste dont a été victime l’hôtel Radisson Blu de Bamako le vendredi 20 novembre 2015 dans laquelle 21 personnes ont péri. Décrivant le déroulé de l’attaque, le colonel a expliqué que les deux terroristes sont arrivés à l’hôtel vers 7 heures du matin et ont commencé à exécuter les otages. L’alerte a donc été donnée et les forces de sécurité malienne ont pu intervenir rapidement, renforcées par une équipe de l’ambassade des Etats-Unis, UNSS, UNPOL ainsi que les éléments de l’ambassade de France.

Les évènements ont commencé à 7 heures et se sont achevés à 17 heures, les terroristes ont été neutralisés à 16h30mn. A partir de 17 heures, il y a eu deux équipes d’enquête en appui aux forces maliennes à savoir l’UNPOL et l’Eucap. L’appui technique est en cours et depuis lundi, il y a le FBI (Etats-Unis), la Gendarmerie royale du Canada (GRC), et une équipe de Belgique, qui sont présentes au Mali. La Minusma a fourni un appui médical à UNPOL et appuie la police malienne dans les patrouilles nocturnes. Tous les arrondissements sont couverts et hier soir, sur les objectifs de la Minusma, 180 véhicules ont été contrôlés et autant de personnes.

Sur le déroulement de l’enquête, le chef adjoint de la police Minusma a préféré ne pas en dire plus. Seulement il a fait savoir que l’enquête est conduite par le procureur Samaké et son organisation vient en appui en termes d’analyse téléphonique, police technique et scientifique. L’IRCGN qui est un institut de la gendarmerie française, est venu le dimanche soir et est reparti le lundi après avoir permis d’identifier les corps.

Concernant les terroristes, leur identité n’est pas encore connue, mais s’agissant de leurs armes, elles ont été d’abord analysées par le laboratoire de la Minusma et pour plus d’éléments, on va profiter de l’appui du BFI pour les envoyer à Kantiko, dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis. Toute piste peut être envisagée, selon le chef des opérations de la Minusma, mais à l’heure actuelle rien n’indique qu’il y a eu des complicités. Par rapport au véhicule diplomatique, Christophe Mombelli-Valloire a fait savoir qu’il n’a rien à voir la-dans, le véhicule ayant coïncidé avec l’arrivée des terroristes.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *