Attaque contre le camp de l’armée à Bamba hier : 25 soldats maliens tués, 6 autres blessés, une dizaine de terroristes neutralisés

Hier, lundi 6 avril 2020, aux environs de 05 heures du matin, le camp de l’armée malienne à Bamba, dans le cercle de Bourem, région de Gao, a subi une attaque terroriste, selon l’armée malienne. « Pour l’instant, des renforts y ont été dépêchés. Le poste est tenu par les FAMa», précise, dans un communiqué, l’armée malienne. Le bilan provisoire fait état de 25 morts aux combats, 06 blessés et d’une dizaine d’ennemis neutralisés, selon le gouvernement malien.

L’insécurité chronique fait des ravages dans le centre et le Nord du pays. A la veille du premier tour des élections législatives, le 25 mars 2020, Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), non moins chef de file de l’opposition malienne, a été enlevé à Niafunké, dans la région de Tombouctou.

Dans un communiqué, le dimanche passé, le gouvernement malien s’est dit préoccupé par « la multiplication depuis le début du mois de mars 2020, des attaques dirigées contre les communautés des cercles de Bandiagara et de Bankass, en particulier celles des villages situés dans les communes de Baye et Ouenkoro. Les hameaux de Léri, Téri et Tolé ainsi que les villages de Ouro-Saye, Gouari, Kourou-Kanda et Mandé-Kanda rallongent désormais la liste de nos cités martyres. » Les deux dernières, précise le gouvernement malien, ont enregistré des pics de violences avec respectivement quinze (15) et vingt-deux (22) morts. « Le Gouvernement condamne avec énergie, ces violences inhumaines et répétées ciblant de façon indiscriminée, les Forces Armées et de Sécurité, les populations civiles, le bétail, les greniers, les véhicules de transport et les habitations. Des faits graves et imprescriptibles qui ont causé d’énormes pertes en vies humaines et des déplacements massifs de populations. », lit-on dans le communiqué signé par Yaya Sangaré, le ministre de la communication du Mali.  Pour le gouvernement malien, les auteurs de ces crimes seront traqués et traduits devant la justice quel que soit le temps et quels que soient les moyens que cela nécessitera. « Des enquêtes seront diligentées, les faits seront documentés et enregistrés et le moment venu, les auteurs répondront de leurs actes. » Pour ramener le calme et renforcer la protection des populations et des biens, le gouvernement malien indique que deux détachements militaires ont été déployés dans la zone. Parallèlement, précise les autorités maliennes, des dispositions sont en train d’être prises pour apporter aide et assistance aux populations affectées.

M.K.D

Source: Le Republicain Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *