Alger, Rabat et la crise malienne : quand Mohamed VI coupe l’herbe sous les pieds du vieux Bouteflika

Plus qu’une coopération classique, Rabat et Bamako élargissent leurs relations bilatérales à des domaines plus sensibles comme celles de la défense, de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. En visite officielle de cinq jours bien remplis au Mali, le Roi Mohamed VI coupe dame le pion au vieux Bouteflika qui peine à se faire entendre clairement par rapport aux négociations qui piétinent entre Koulouba et les groupes armés de l’Azawad.

 

mohamed 6 abdel aziz bouteflikha maroc algerie

Au moment où le dinosaure Bouteflika s’absorbe dans ses fragilités sanitaires et précampagnes électorales, le Roi Mohamed VI du Maroc s’affaire sur les traces de Kadhafi en Afrique sub-saharienne. Et, ça devient rutilent qu’au Mali le Roi est parvenu à fausser l’herbe sous les pieds du Doyen algérois. Au tour de la crise du Nord, Rabat est entrain de prendre Alger à rebrousse-poil.

Pour avoir tous les temps reflété sur la scène politique internationale des positions inconciliables, l’Algérie et le Maroc réduisent le Mali sur ce plan à un Etat funambule. A ses risques et périls, IBK marche sur la corde raide. En tout cas, par rapport au dossier brûlant du Nord, la glissade de Bamako est en telle enseigne que l’on est en droit d’être désormais pensif sur le glaive avec lequel le vieux Bouteflika va se rebiffer dans les mois à venir.

C’est prévisible, puisqu’avec l’annonce de sa candidature la semaine dernière, la réélection de Bouteflika pour un quatrième mandat devient, de facto, imminente. Même s’il s’avère qu’aujourd’hui, à Alger, le secret de polichinelle est que l’armée, avec yeux exorbités, tiendrait à voir grandement dans le bain-marie démocratique en cours. Selon un Diplomate en poste à Bamako, il n’est pas exclu que la situation égyptienne ne fasse tache d’huile au pays kabyle.

En tout état de cause, l’axe Bamako-Rabat se renforce dans tous les domaines. Outre les volets classiques, comme l’éducation, la santé, les et le commerce, c’est-à-dire sur le plan socio-économique, culturel et diplomatique, les deux pays affichent clairement leurs intentions de coopérer dans les secteurs. Même les plus sensibles. Précisément, dans la défense, la sécurité, la lutte contre le terrorisme et le côté religieux.

En effet, dans l’espace de cinq mois seulement, du 18 septembre 2013 au 18 février 2014, le Roi Mohamed VI a effectué deux visites de travail et d’amitié au Mali. Et, à l’issue de chacun de ces deux déplacements à Bamako, la question des négociations avec les groupes armés qui piétinent toujours devient au centre des discussions entre les deux parties. Surtout lors de la signature de l’accord cadre de coopération ayant sanctionné la fin du présent séjour du Roi chérifien au Mali. Devant les cameras de l’ORTM, le Ministre marocain des Affaires Etrangères révélera que pays jouera désormais le rôle de facilitateur dans la recherche d’une paix durable dans le septentrion malien.

Et, c’est le sujet qui préoccupe Alger le plus. Sur le plan diplomatique, le Royaume chérifien est entrain de franchir des étapes décisives à l’endroit du Mali et de plusieurs autres Etats d’Afrique sub-sahariens. Ce qui atteste la série de visites qu’il effectue en Côte d’Ivoire, en Guinée-Conakry et au Gabon au cours du même périple. A l’image de l’ex Guide libyen, El Mahamar Kadhafi, le Roi Mohamed VI entretient une Diplomatie offensive sur le plan économique et politique dans presque toutes les Régions africaines. Etant donné que les Etats n’ont pas d’amis, mais des intérêts, le Maroc, en termes de coopération bilatérale, a le vent en poupe à l’échelle continentale.

Par rapport à Alger, Rabat s’affiche en partenaire plus concret. Seulement, avec sa position géographique avec le Nord du Mali, l’Algérie a plus d’influences sécuritaires sur le processus de paix en cours. Alors que pourrait faire IBK, quelle sera sa stratégie afin d’éviter la colère d’Alger? Surtout est-il que l’Algérie est une puissance sous-régionale tant sur le plan économique que militaire. Elle partage de longues frontières avec le Mali. A ce titre, l’Algérie, tout comme la Mauritanie, a toujours servi de base arrière pour les rebellions touarègues irrédentistes.

 

Habib Diallo 

Source: Notre Printemps

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *