Affaire Amadou Haya Sanogo et autres : Le juge Yaya Karambé accusé de tentative d’assassinat, de torture, de coups et blessures volontaires par le Collectif des avocats du Caporal Seyba Lamine Sangaré

procureur yaya karembe affaires disparitions

Pour informer l’opinion nationale et internationale sur les faits reprochés au juge Yaya Karambé et la plaintes formulée à son encontre, le collectif des avocats du Caporal Seyba Lamine Sangaré et le père de celui-ci, Bakaye Sangaré, ont animé une conférence de presse, le samedi 23 août 2014 au Centre International de Conférence de Bamako (Cicb). A cette conférence de presse l’on notait la présence de Me Issa K. Coulibaly, Me Mariam Diawara.

Le caporal Seyba Lamine Sangaré était le chauffeur du capitaine putschiste Amadou Haya Sanogo. Jusqu’à présent, il est détenu au camp I.

 

Le Collectif des avocats du Caporal Seyba Lamine Sangaré a saisi le procureur de la République près du tribunal de première instance de la Commune IV du district de Bamako d’une plainte, le mercredi, 23 juillet dernier, contre le juge Yaya Karambé pour tentative d’assassinat, violation de domicile, torture, coups et blessures volontaires, arrestation illégale, enlèvement, séquestration, dommages à la propriété mobilière, voie de fait et complicité.

 

Selon les explications dudit collectif et de M. Bakaye Sangaré, le 28 février 2014, aux environs de 23 heures, le Caporal Seyba Lamine Sangaré a reçu un appel téléphonique de son gardien, pendant qu’il était chez sa fiancée, Hawa Diarra à Kati Bamanakin, de venir rapidement à son domicile parce que son mouton était mal en point.

 

Arrivée sur les lieux, accompagné de sa fiancée et ses deux soeurs, il s’est vite rendu compte qu’il s’agit d’un guet-apens, car étaient présents des hommes armés en tenue civile. Entre-temps, le sergent de police Cheick Oumar Bamba surgit et l’invita à le suivre dans un coin isolé et l’agressa lorsqu’il refusa d’obtempérer. Après, il s’est retrouvé dans sa cour tout ensanglanté. Là, il a remarqué que les portes de ses chambres étaient ouvertes par effraction, les meubles saccagés, et le juge Yaya Karambé l’attendait à côté. Après, il a été embarqué dans une Land Cruiser dans laquelle il y avait des pelles et des piques. Ils sont arrivés au domicile du juge Karambé, à Hamdallaye vers 02 heures. Là, il a été débarqué dans une chambre aménagée en dispensaire avant de subir les interrogatoires du juge Yaya Karambé sur le contenu de son puits, et les affaires du général Amadou Haya Sanogo en sa qualité du chauffeur de celui-ci.

 

Malgré les propositions alléchantes faites par le juge Yaya pour soutirer des informations au Caporal Sangaré sur Amadou Haya, celui-ci lui aurait rétorqué avoir tout ignoré. M. Karambé lui aurait dit sur un ton menaçant qu’il va parler de gré ou de force.

 

En plus, les avocats ont dit ceci : “Sous prétexte de panser sa tête, un homme, apparemment de la santé, lui fit une injection qui lui a fait perdre connaissance. Dès lors, le Caporal Seyba Lamine Sangaré fut plongé dans un état inconscient jusqu’à ce qu’il ait repris conscience dans les locaux de la Sécurité d’État (Se), après plis de deux mois d’assistance physique et médicale. Quand il recouvra ses facultés dans une cellule de la SE, en co-détention avec le Maréchal des Logis Aly Mahamane Touré et le Caporal Almedi Sissoko, à qui le juge Karambé aurait dit qu’ils ont été dénoncés par le Caporal Seyba Lamine Sangaré. Pourtant il ne fut conduit au cabinet du juge Yaya Karambé que le 24 juin 2014, lequel le plaça immédiatement sous mandat de dépôt. C’est grâce à l’implication de sa famille, surtout la tenacité de son père, M. Bakaye Sangaré, ancien combattant qui a amené le juge Yaya Karambé, après quatre mois environ de séquestration au niveau de la SE, à indiquer son lieu de détention aux siens. Car tout contact des proches lui était refusé”.

 

Les conférenciers estiment qu’on ne corrige pas une injustice en commettant la pire les injustices. Pour eux, s’il était reproché quelque chose au Caporal Seyba Lamine, il n’appartient pas à un juge d’instruction de participer à son arrestation nocturne, d’assister aux tortures, alors qu’il lui suffisait de le convoquer ou d’émettre un mandat d’arrêt ou d’amener le concernant.

 

Toujours selon les avocats, un huissier de justice a été commis pour constater les dégâts matériels causés au domicile du Caporal Lamine Sangaré et mesurer l’ampleur de son agression physique dès le 02 avril 2014. L’huissier a auditionné Hawa Diarra, la fiancée, le 03 avril 2014. “Mon fils est en vie au camp I. Je l’ai quitté hier. Et, après cette conférence j’irais le voir. J’ai une autorisation qui me permet de le voir pendant un mois”, a précisé M. Bakaye Sangaré.

 

Dans cette affaire, le collectif des avocats du Caporal Seyba Lamine Sangaré a saisi le procureur de la République près le tribunal de première instance de la Commune IV du district de Bamako, le mercredi 23 juillet dernier, d’une plainte contre le juge Yaya Karambé et ses auxiliaires policiers et gendarmes pour tentative d’assassinat, violation de domicile, tortures, coups et blessures volontaires, arrestation illégale, enlèvement, séquestration, dommages à la propriété mobilière, voie de fait et complicité avec ampliation au Procureur Général, au procureur de la Cour Suprême, au Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, et au Premier ministre, chef du Gouvernement.

 

Tougouna A. TRAORÉ

SOURCE: Nouvel Horizon

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.