220 militaires en renfort de l’opération Barkhane

L’actualité de Barkhane a été marquée par la tenue du Sommet de Pau, qui a réuni le lundi 13 janvier, le
président de la République M. Emmanuel Macron, et ses homologues du G5 Sahel.

 

À cette occasion, les Chefs d’État ont réaffirmé leur détermination à lutter ensemble contre les groupes
terroristes qui opèrent au Sahel. Ils ont également salué la mémoire des victimes civiles de leurs exactions,
de même que celle des soldats africains, français et internationaux tombés dans l’accomplissement de leur
mission. Ils ont ainsi rendu un hommage appuyé aux victimes de l’attaque du camp de Chinagodrar, au
Niger, survenue le 9 janvier 2020. Au cours de cet évènement, Barkhane a apporté un appui aérien qui a
contribué à faire fuir les djihadistes.
Les Chefs d’État ont convenu d’engager des discussions pour mettre en place un nouveau cadre politique,
stratégique, et opérationnel pour la lutte contre les groupes terroristes, qui prendra la forme et le nom d’une
« Coalition pour le Sahel », laquelle sera organisée autour de quatre piliers : le combat contre le terrorisme,
le renforcement des capacités militaires des États de la région, l’appui au retour de l’Etat et des
administrations sur le territoire, et enfin l’aide au développement.
Barkhane y prendra toute sa part, en particulier au sein du premier pilier, celui du combat contre les groupes
armés terroristes. Cette coalition sera le catalyseur d’une coordination renforcée destinée à raccourcir les
circuits de décision, notamment pour apporter un soutien plus rapide aux partenaires, et à favoriser la
circulation du renseignement.
Par ailleurs, le président de la République, monsieur Emmanuel Macron, a annoncé l’envoi de
220 militaires en renfort de l’opération Barkhane.
Ce renfort répondra au besoin d’accentuer notre effort dans la région des « trois frontières », dans le cadre
de l’approche zonale de Barkhane. Déployé à courte échéance, il sera essentiellement de nature terrestre, et
sera composé de troupes aguerries, expérimentées et habituées à opérer au Sahel. Il permettra de renforcer
la lutte contre les groupes armés terroristes qui sévissent dans la région, en particulier l’EIGS, dans le cadre
d’un véritable partenariat de combat avec les forces locales. Il aura également pour vocation de permettre à
Barkhane de répondre plus efficacement encore aux demandes d’assistance des forces du G5 Sahel.
L’origine de ces troupes, le calendrier et la zone de leur déploiement restent confidentiels à ce stade, afin de
ne pas fournir de renseignements qui pourraient servir les intérêts des groupes armés terroristes. À terme, la
forme et les missions de ce renfort pourront évoluer pour que Barkhane, qui est en perpétuelle adaptation,
accueille et favorise le déploiement de nos partenaires, notamment dans le cadre de la Coalition, et au côté
de la Task Force Takuba.
Actuellement, Barkhane poursuit son effort dans la région du Liptako-Gourma — grande comme un quart
du territoire métropolitain français, qui s’est concrétisé cette semaine par une opération conjointe d’ampleur
avec nos partenaires du G5 Sahel.
Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été
lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat
avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et
Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés
terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte
cette menace.
À N’Djamena, le 22 janvier 2020

Source : Barkhane

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *