Rentabiliser et renforcer l’Armée malienne : 11 mesures phares à adopter

Le Mali, notre chère patrie fêtera, bientôt, le cinquante quatrième anniversaire de son accession à l’indépendance.

 force armee securite soldats hommes rang mali

Si, dans la vie d’un homme à 54 ans, les choix importants ont déjà été réalisés, la voie toute ou presque tracée.

 

Dans celle d’une nation, le cinquante quatrième anniversaire bien qu’est important, est relativement jeune, mais, cette relative jeunesse, si, elle est compréhensive, ne doit suffire à tout justifier, à tout excuser.

 

Le Mali, nous a été légué par nos ancêtres et nous avons le devoir, sinon, l’obligation de le transmettre aux générations futures tel quel.

 

L’irrédentisme rebelle frappe dans les régions du Nord depuis, très, longtemps.

Il est grand temps pour nous, de nous interroger sur les voies et moyens pouvant nous permettre de sortir de ce chaos.

 

 

Nous, maliens avions la très mauvaise habitude de voir dans les autres la source de nos problèmes.

 

Il est vrai, que, l’Accord d’Alger a ouvert un boulevard aux djihadistes et autres narcotrafiquants c’est à dire à l’internationale de l’intolérance et du terrorisme.

Mais, il est, aussi, vrai que depuis les périodes de chômages de masse, notre armée est devenue le nid de milliers de jeunes pistonnés, à la recherche de salaire sans aucun amour ni de l’Armée encore moins du Pays.

Un chercheur de salaire ne saurait se transformer en guerrier résolu.

 

Les propos de jadis tels que nous n’avons pas d’armes, nous n’avons pas de munitions, nous n’avons pas reçu d’ordre, nous avons faim.

Tous ces propos à l’évidence étaient faux.

 

 

Oui, nous avons une armée, certes, qui regorge des valeurs sures tels les Généraux AG GAMOU, Didier DACKUO,OULD MEYDOU, beaucoup d’autres officiers, sous-officiers et hommes du rang.

 

Cependant, ayons la modestie de reconnaître que nous avions une armée faible dans l’ensemble.

 

D’où, mes propositions pour une véritable refonte de notre armée, je n’ai pas la prétention de détenir le monopole du patriotisme, encore moins d’être un HO CHI MINH.

 

Je pense que Mr le Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA se doit :

 

1- De mettre d’office à la retraite 95 pour 100 de nos officiers généraux, colonels majors, ce que le Président Dioncounda TRAORE de la transition aurait dû faire avant son départ, à la fin de la transition, et, qu’il n’a pas fait. Est-ce un oubli, est-ce par désintérêt pour son pays, notre pays ?

 

 

2- De supprimer ces postes bidon et inutiles de Hauts Fonctionnaires de   la défense auprès de tel ou tel ministère, en réalité, ces postes ne visent qu’à placer des officiers dont le Mali ne sait que faire. La place d’un soldat est dans sa caserne ou sur un champ de bataille et nulle part ailleurs.

 

 

3-De rappeler tous les militaires des Ambassades(à l’exception des attachés militaires dans les pays où c’est vraiment nécessaire), des Consulats, Ports et Entrepôts.

 

 

4- De mettre fin aux fonctions des Ambassadeurs-Consuls Soldats et aussi à ceux qui sont déjà à la retraite comme celui représentant le Mali en France Cheick Moctary DIARRA 75 ans, s’il vous plaît. En tout cas, si c’est pour qu’il se soigne au VAL de GRACE, comme la rumeur le dit, c’est très grave pour notre diplomatie Quel affront aux Conseillers des Affaires Étrangères encore en service et dépourvus de poste, entassés à Bamako ? Comment faire que ces déconsidérés Conseillers des affaires étrangères aient encore l’amour de la patrie, qu’ils la défendent par leurs plus belles plumes ou leur bouche ?

 

5- De mettre à la tête de la Sécurité d’État des hommes aux niveaux intellectuels élevés, et à la probité irréprochable.

 

 

6- De recruter au moins 10 000 hommes et de chercher aux moins 2000 blindés ou semi blindés. Je disais que notre armée est faible, or, une armée faible se doit de compenser cette faiblesse en hommes et matériels. Tout l’argent obtenu du Japon, de la Chine, du Qatar, du Koweït, et de l’Arabie Saoudite etc doit servir à ce plan. Les Occidentaux nous imposent d’utiliser leur argent dans ceux qu’ils appellent le développement (santé, éducation etc), néanmoins, de l’argent reçu des autres partenaires nous pouvons le mettre là ou nous voulons.

 

Quitte après à organiser dans 10 ans, quand nous aurons une armée de l’air digne de son nom, un plan de départ à la retraite anticipée de 50 000 0000 000 FCFA en raison de 7 000 000 FCFA par départ. Faites le calcul du nombre de départs.

 

En matière de guerre, il ne saurait y avoir d’économie préventive c’est -à dire vouloir se sécuriser et en même temps faire trop d’économie en hommes et en équipements.

Adam SMITH écrivait en 1776 déjà que : « La sécurité est plus importante que l’opulence. »dans Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.

 

 

7- De sanctionner avec la dernière rigueur tous les manquements à la discipline militaire, à la discipline tout court, sinon, comment comprendre que le Lieutenant Mohamed OUATTARA après son affaire de vol de voiture puisse encore faire partie de l’armée? S’il avait été radié, il ne penserait pas aujourd’hui à perpétrer un soit disant coup d’état. Cependant, avec l’activisme(articles de presse, réseaux militaires, etc) de son père le porte galon Yaya OUATTARA, ancien Directeur de la gendarmerie nationale, pour que son fils puisse, non seulement, rester dans l’armée et mieux, être promu.

En tout cas, si ce jeune OUATTARA reste dans les rangs, non seulement, un signal négatif est lancé mieux, tôt ou tard, nous parlerons encore de lui et de ses complices.

Les Touareg nous disent souvent à Paris que nos soldats pillent leurs chèvres, si, c’est vrai, la sanction devrait être la radiation pure et simple des éléments fautifs.

 

 

8-   De délocaliser les camps de Kati, Djicoroni para et Ntominkorobougou à Nara, oui, à Nara car là commence le sahel et les espaces ainsi libérés serviront à autre chose à Bamako .L’espace malien serait mieux géré et une nouvelle grande ville aux portes du Sahara créée dans une zone hautement non agricole.

 

 

9- D’arrêter de faire du Nord une zone spéciale, dès le recrutement que tous les futurs soldats comprennent que cette partie est le Mali et, qu’ils pourraient y passer toute leur carrière, en contrepartie d’y aménager des habitats pour les soldats et leur famille.

 

 

10- De supprimer le prytanée militaire de Kati, ce machin, qui jusqu’à présent, est un concentré de fils à potentats et dans la crise que nous traversons ce prytanée ne nous a pas prouvé l’utilité de la formation militaire entamée dès l’age de 12 ans voir 13 ans, en plus, il est budgétivore.

 

La plupart de nos officiers actuels viennent de ce prytanée.   Le résultat est là, palpable et, c’est sans commentaires.

Il serait souhaitable, que, désormais, les entrées à EMIA se fassent par concours, après bac+4 et, ce concours devant s’adresser globalement aux sortants de la FAST et de la FLASH, ces facultés non encore pas trop gangrenées par la corruption.

 

11- Dans l’immédiat de mettre à la charge des soldats occupant les logements administratifs les factures d’eau et d’électricité, pour les responsabiliser dans la gestion de ces denrées si nécessaires.

 

Des gens s’interrogeront en se disant comment est ce possible qu’un juriste puisse se permettre de donner des leçons, sinon, des conseils en matière de défense, alors,qu’il n’a aucun lien avec l’armée.

 

Je leur réponds que j’ai pu rencontrer un officier supérieur français, qui en plus, est professeur agrégé des Universités Françaises (le top des tops) et, qui a enseigné à l’école de guerre.

 

Quand on l’écoute, on désespère de nos officiers, je vous épargne du détail, ce qu’il pense de leur niveau y égard à l’état actuel de nos troupes.

 

Mieux, il est donné à tout Homme de comprendre, il suffit de se donner les moyens.

Les propositions que j’ai formulées, touchent à beaucoup trop d’intérêts, j’en suis conscient.

Je suis très honoré de déplaire à ces individus là. Car mon ambition c’est le Mali, oui, le Mali et rien que le Mali.

 

Boubacar Sékou SOW                                                                                                  

     Juriste de droit public diplômé de la SORBONNE

Correspondant du journal OPTION en France

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.