Lettre ouverte à Mme le ministre de l’Education nationale

Jacqueline Togola ministre éducation base

Madame, Nous vous prions de bien vouloir lire ces quelques lignes écrites par des enseignants, relayées au dernier degré par le Dcap de Djélibougou et de certains de ses conseillers. Pour mieux voir la misère dans laquelle vivent ces enseignants et même certains conseillers du Cap de Djélibougou, du fait «de la négligence  du Dcap  en la personne de Mamadou Traoré, et une partie de ses conseillers ; d’où la colère des enseignants du Cap de Djélibougou. Un Cap où la magouille est arrivée au sommet, une magouille orchestrée par le Dcap et certains de ses conseillers. En effet, depuis l’année deux mille onze (2011), la surveillance et la correction des feuilles d’examens sont devenues une propriété privée de Monsieur Mamadou Traoré (plus précisément la correction).

 

Imaginez-vous, dans un Cap où ce sont les conseillers qui corrigent à la place des enseignants, qui sont perpétuellement en classe de 9ème Année. De même, ils sont présidents de centres, et prenez juste un instant et constatez, dans un Cap où ce sont les mêmes correcteurs qui corrigent chaque année.
Personne ne pourra contester cela, par-là voici des  noms comme Moustapha Guittèye, le maître chevronné du Cap, Aliou H. Maïga, Alassane Maïga, Moussa Sissoko Katon, Oumou Bocoum et Malick Diallo tous des conseillers et nous en passons.
Comment peut-on réaliser une telle bévue ? Pire encore, certaines écoles sont lésées  par rapport à d’autres. Par exemple, dans certaines écoles on choisit quatre (4) à cinq (5) correcteurs et d’autres deux (2) ou rien. Imaginez-vous encore dans un Cap où certains enseignants surveillants du Cap, lors du Def, du Bac, et du BT corrigent des feuillent, tant disque certains ne corrigent rien. Nous, enseignants, disons que c’est de trop !
On nous fait croire que la correction est un système de rotation ; nous disons que c’est faux et archi-faux. Moustapha, en qualité d’enseignant, peut-il être le meilleur des enseignants du Cap ? Si oui, pourquoi ne pas donner à ce Moustapha toutes les classes de la 9ème Année et envoyer des conseillers en classe ? Comment peut-on prendre des conseillers à la place des enseignants qui, durant neuf 9 mois, font trainer leurs bosses dans les classes de 9ème Année ? De grâce conseillers et Dcap ayez  pitié, de vos travailleurs (enseignants). Vos formations, ateliers et autres ne vous suffisent-ils pas ? Nous demandons l’arrêt des magouilles et mascarades. Mme le Ministre, si l’on croit que nous mentons, veuillez, s’il vous plaît, vérifier les décisions des années antérieures (au moins de 2012 à 2014), vous trouverez que les personnes dont les noms ont été cités y figurent soit en Histoire-Géo, soit en Français ou Mathématiques, soit en Physique-Chimie….Quant au Dcap, il n’a aucune considération pour ses collaborateurs enseignants que nous sommes. Mme le ministre, nous vous implorons de bien vouloir prendre des mesures, sinon notre Cap est divisé et va de mal en pis, de jour en jour. Nous attendons de vous une solution rapide et dans un délai très bref. Ces quelques mots ne sont juste que les 1/3 des problèmes auxquels nous sommes confrontés.
Nous comptons beaucoup sur votre bonne compréhension et votre haute considération.

 

Les enseignants du Cap de Djélibougou

 

 

SOURCE: Le Flambeau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.