Lettre à grand-père : Lettre de Koureichy

Cher grand-père…

Voici ma 40ème lettre. J’aurais voulu te dévoiler 40 solutions pour sortir le Mali de la crise qu’elle traverse depuis 8 ans, mais cher grand-père, une et une seule suffit. Une 4ème République exempte de tout désir de briguer de mandat mais refonder le Mali, lui donner une autre piste. Mais hélas ! Les muets se feront difficilement entre par des sourds.

 

Cher grand-père, je suis triste ! Ogossago ! L’inoubliable Ogossogo s’est récidivé. Des femmes et des enfants sont de nouveau partis, tués et assassinés par l’impunité, l’indifférence et l’ignorance humaine.

Oui grand-père, tes civils maliens sont devenus des véritables outils politico-militaires. C’est sur eux que se vengent tous les détenteurs d’armes au Mali. Tu sais pourquoi ? On a décidé de dissuader le terroriste par des actes terroristes. Personne ne dit mot. Tout le monde consent.

Cher grand-père, malgré Ogossaogo et aussi Fafa, il faut aller aux élections législatives, dit-on. Il faut changer l’équipe de l’hémicycle quel que soit le prix. Il faut peindre et avancer. Je ne sais où ou ni comment, mais il faut aller. Les générations sont foutues au profit des élections. Le Mali de nouveau un bateau qui tangue, divague et ne sait plus où aller ni quoi faire.

Cher grand-père, j’ai oublié de te dire, les FAMa sont bien rentrées à Kidal. Elles ont été bien escortées et très bien accueillies. Comme je t’ai dit, il faut continuer à peindre, bander la plaie et continuer. Il faut faire sembler même si rien n’est fait. Continuer la symbolique même si dans le réel l’affront et l’humiliation font notre bain.

Ha oui pardon, l’avenir ? La future génération ? Les enseignants et le gouvernement en prennent bien soin. Ils sont laissés à eux-mêmes. Ce sont des enfants, Dieu va s’en occuper. Oui cher vénérable grand-père, désormais c’est ça. L’avenir se négocie à la pécune et ça échoue. Avant-hier aussi, les enseignants ont dit non et le gouvernement a dit qu’il ne peut pas. De nouveau, ils n’iront pas à l’école. Les enfants, ce qu’ils deviendront ? Ou ce que serait le Mali entre leurs mains ? J’ai oublié, personne ne s’en fiche. C’est la marmite du jour qui compte.

Bon cher grand-père, je ne peux rien dire sur là où tout cela se dirige. C’est impossible de prédire l’avenir du Mali. On peut prédire ce que ferait une institution mais un homme jamais. Au Mali par contre, les institutions n’ont jamais existé. Elles n’ont fait que figurer et le reste on fait semblant. Le pays ne sert qu’à construire des hommes et leur petite famille et que le reste périsse, on s’en fou.

Cher grand-père, je sais juste une chose on a tous les outils pour aller vers une 4ème République. On a l’Accord d’Alger, la Réforme du secteur de la sécurité et de la justice et le Découpage administratif. On pourrait améliorer l’Accord d’Alger, y enlever l’Azawad et ses privilèges. Décentraliser, déconcerter la gestion du pouvoir et les finances, restaurer le découpage administratif et reformer le secteur de sécurité et de la justice. Tous les documents sont là. Il manque juste l’audace de faire le saut. Et pourtant celui qui veut avoir ce qu’il n’a jamais eu, n’a qu’à faire ce qu’il n’a jamais fait. Vivement une 4ème République. A mardi prochain Inch’Allah !

 

Lettre de Koureichy

Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *