Conférence de presse du Cercle de réflexion et d’appui pour un Mali nouveau (CRAMN)

Bamako, le 2 mai 2018 à 09h00

Faculté de Droit Public (FDPu), au Centre de documentation

Mesdames et messieurs les invités, chers journalistes soyez les bienvenues à cette conférence du Cercle de réflexion et d’appui pour un Mali nouveau (CRAMN). Ce « Think tank », ou cercle de réflexion est d’origine universitaire, mais il est élargi aux ressources humaines d’origines diverses (juristes, économistes, médecins, administrateurs, politologues, société civile, politiques etc.) L’objectif de cette conférence de presse est non seulement de faire connaitre le cercle de réflexion, mais aussi de lancer ses activités. Ces activités portent essentiellement la réflexion sur les questions qui touchent à l’épanouissement de notre pays, le Mali. Mais avant de parler de l’objectif du CRAMN, je voudrais parler du contexte de la création de ce cercle, ses objectifs et ses activités futures.

Contexte de la création :

La crise politico-sécuritaire de 2012 a plongé le Mali dans une situation d’instabilité sans précédent : coup d’état militaire, déstabilisation des institutions, rébellion au nord, apparition des groupes extrémistes, insécurité au centre, etc. Les élections présidentielle et législatives tenues en 2013 ont permis la mise en place des institutions politiques qui, jusqu’à nos jours, ont du mal à faire face à la demande sociale sans cesse croissante. Il s’en suit ainsi une multitude de mouvements de contestations et de grèves qui ont atteint leur seuil critique en 2017 avec la paralysie totale de plusieurs secteurs stratégiques du développement : santé, éducation, justice, économie, sécurité etc. A ceux-ci s’ajoutent un déficit de gouvernance dans les sphères de l’Etat et les récents mouvements populaires de contestation contre le projet de révision de la constitution du 25 février 1992.

Les conséquences de ces difficultés ont contribué à l’aggravation de la situation sécuritaire et socio-économique ainsi que la détérioration de la confiance entre les acteurs engagés dans la résolution de la crise. Ainsi, la percée des groupes terroristes dans le nord et le centre du pays, la quasi-absence de l’Etat dans ces zones, de même que les nombreuses attaques perpétrées contre les Forces Armées Maliennes (FAMa) montrent que le pays est englué dans un long cycle de violences multiformes. En outre, au-delà de l’impact négatif de la situation sécuritaire, la mauvaise campagne agricole, cette année, due à une pluviométrie déficitaire, fait planer une crise alimentaire dans tout le pays et un afflux massif de jeunes ruraux vers les villes confrontées déjà à une situation socio-économique de plus en plus dégradée. Par ailleurs, l’incapacité à mettre en œuvre sereinement les engagements de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale et l’approche de 2018 qui doit, en principe, voir le pays organiser des élections générales, créent une situation de suspicion entre les acteurs politiques défavorables au retour de la paix et de l’union nationale.

Face à la situation, l’Etat malien tente de trouver plusieurs formes de solutions : la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger, l’organisation de la conférence d’entente nationale et la loi d’entente nationale en gestation. Tous ceux-ci ne peuvent avoir d’impact sans la stabilité gouvernementale.

C’est pourquoi, un certains nombre d’universitaires, de personnalités de la société civile et du monde professionnel se sont donné la main pour créer le Cercle de Réflexion et d’Appui pour un Mali Nouveau (CRAMN).

Buts du CRAMN :

Le Cercle de Réflexion et d’Appui pour un Mali Nouveau (CRAMN), comme son nom l’indique est un cadre de rencontre informel ouvert à tout cadre qui veut contribuer à éclairer et à développer le pays, au-delà de son appartenance politique ou autre. Le cercle produit des idées et propose des solutions pour la mise en œuvres des politiques nationales et/ou pour la gestion des problèmes auxquels fait face le Mali.

C’est ainsi que, partant du constat de la gravité de la situation et la nécessité de faire converger les initiatives pour afin trouver des solutions durables, le CRAMN a décidé d’organiser une journée de réflexion autour du thème générique « Le Mali de nos ambitions : Etat des lieux, Bilan des deux dernières décennies de démocratisation et Perspectives ». Cette journée de réflexion a lieu le samedi 5 mai 2018 au Centre de formation pour le développement (CFD) à l’ACI 2000, face au siège de la BMS.

En d’autres termes, il s’agit pour les intellectuels, venant de tout bord, et ayant le souci de la situation politico-sécuritaire du pays, de proposer des analyses et des pistes de solutions concrètes susceptibles d’améliorer la situation.

Pendant la journée de réflexion, trois grandes thématiques feront l’objet d’analyses, de discussions et de recommandations :

  • Thématique 1 : Effondrement de l’État : diagnostique ;
  • Thématique 2 : Scenarii d’un Mali fort-Uni et Prospère d’ici à 2050 ;
  • Thématique 3 : Forme de l’État et profil du Président du Mali en 2018.

Le CRAMN a fait appel à des personnalités de la société civile, des milieux universitaires et politiques reconnues pour leur expertise dans leurs domaines de compétence.

Après la conférence du 5 mai 2018, le CRAMN va se faire le devoir de vulgariser les recommandations issues des travaux de la journée auprès de l’opinion nationale et internationale.

                                                                           Fait à Bamako le 2 mai 2018

 

JOURNEE DE REFLEXION DU CERCLE DE REFLEXION ET D’APPUI POUR UN NOUVEAU MALI (CRAMN)

 

(05 mai 2018)

                                                  CFD, BAMAKO

————————–

 

 

 

 

 

                                                 

 

 

ALLOCUTION D’OUVERTURE DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CRAMN

 

 

 

 

  • Honorables invités,

 

  • Mesdames et Messieurs, en vos rangs et qualités,

 

 

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter la bienvenue à cette journée de réflexion et vous exprimer toute notre gratitude d’avoir répondu à notre invitation. .

Dans son troisième couplet, notre Hymne national précise. Je cite «

Debout villes et campagnes

Debout femmes, jeunes et vieux

Pour la patrie en marche

Vers l’avenir radieux

Pour notre dignité

Renforçons bien nos rangs

Pour le salut public

Forgeons le bien commun

Ensemble au coude à coude

Faisons le sentier du bonheur… » Fin de citation.

 

Vous conviendrez avec moi, chers amis, qu’il s’agit là, sans doute d’une interpellation, d’une invite à s’investir, au quotidien, pour la patrie. Mais aujourd’hui, au regard de la situation de notre pays, cet appel sonne comme un cri de cœur pour mobiliser les filles et les fils du pays à venir au secours de la patrie en danger. Oui, nous sommes en danger, un  danger de mort…un danger pour la République, un danger pour la Démocratie, un danger pour la Laïcité, un danger pour notre Culture, un danger pour la Nation. Bref, un grand danger pour tous ceux en quoi nous croyons et qui s’effrite sous nos yeux comme un château de carte. Face à une telle situation, aucune Malienne, aucun Malien, ne peut et ne doit rester  indiffèrent (e).  Je pense que c’est là, peut-être l’une des meilleures justifications de notre engagement dans la création de ce cercle de réflexion et l’organisation de cette journée de réflexion. Ce n’est pas certes notre première action ni certainement notre dernière de même que pour beaucoup d’entre vous ici présents. Mais Chers Invités, permettez-moi d’insister quand même sur trois raisons qui nous ont convaincues à mettre nos efforts pour que cette journée puisse se tenir :

  1. Primo : Dans un pays comme le Mali qui regorge tant de ressources et de compétences, nous avons constaté que les élites intellectuelles nationales n’ont pas donné suffisamment de voix…loin de moi toute idée d’accusation, il s’agit juste d’un constat qui milite peut être que l’on change de façon de faire pour faire en sorte que nous puissions être plus audible par rapport aux problèmes cruciaux de notre pays. C’est en étant ensemble que l’on peut mieux donner la voix «  kono koulou dièlen de bè bi fo »…
  2. Secundo : Nous avons constaté la quasi-absence d’un cadre de dialogue et de partage entre les gens du savoir et les gens du pouvoir. En créant ce cercle, nous osons espérer favoriser cette rencontre pour l’intérêt général de notre pays. Car si ces deux pôles s’ignorent, rien de grand n’est possible dans un pays. C’est le couple gagnant comme le prouvent les occidentaux et les asiatiques qui ont battit leur puissance sur un savant dosage entre la force intellectuelle et la force politique.
  3. Tertio : La valorisation de la production des nationaux sur les grandes questions de la nation au triple plan du passé, du présent et de l’avenir est un moyen durable pour bâtir notre pays et pérenniser les acquis. En effet, nous devons d’abord compter sur nos propres forces avant tout autre soutien. C’est à ce prix que nous pourrons même aider les autres et avoir leur respect tout en construisant un système national résilient, fort et prospère.

Honorables invités,

 

-Mesdames et Messieurs

Il s’agira, au cours de la présente journée, de faire le point de l’état de notre démocratie, de tirer les enseignements de la crise que nous traversons, enfin, il s’agit de faire des recommandations ou des propositions concrètes de solutions aux problèmes identifiés qui seront mises à la disposition des forces vives de la nation.

Nous espérons que les contributions des uns et des autres et les relations qui se créeront ici, marqueront de leur empreinte les décisions et engagements, au niveau individuel et collectif, pour faire du Mali de notre ambition une réalité à court, moyen et long terme.

  • Honorables invités,

 

Mesdames et Messieurs

Je voudrais remercier tous ceux et celles qui se sont engagés aussi bien intellectuellement, physiquement que financièrement pour la tenue de cette journée. Je les exhorte à poursuivre l’effort pour qu’ensemble, nous puissions vivre et laisser un pays où il fait bon vivre. Sur ce, je souhaite plein succès aux travaux et déclare ouverte la journée de réflexion sur « Le Mali de nos ambitions : état des lieux, bilan des deux décennies de démocratisation et perspectives ».

Je vous remercie 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *