Communiqué de la CMA suite à la demande de pardon au peuple malien exprimée à son nom par Me Harouna Toureh

La Coordination des Mouvements de l’Azawad informe qu’elle a répondu favorablement à une invitation du HCIM de prière collective pour la paix hier Vendredi 20 Décembre 2019. A la fin de celle-ci, Monsieur Harouna Toureh porte parole de la plateforme a fait une intervention déclarant agir au nom de la CMA. La CMA rappelle par ailleurs que Mr Toureh n’a reçu aucun mandat pour parler à son nom et en conséquence, ses propos ne l’engagent pas, même si elle salue et encourage le Haut Conseil Islamique du Mali pour son initiative.

Notre participation au Dialogue National Inclusif trouve sa raison dans le souci de parvenir à cet ultime instant, malgré les nombreuses difficultés rencontrées jusqu’à ce jour dans la mise en œuvre de l’Accord Pour la Paix qui a sérieusement subi l’érosion du temps dans son esprit et sa lettre après 4 ans de tergiversations multiformes.

La CMA rappelle qu’elle s’est résolument engagée dans toutes les initiatives relatives à la réconciliation et à la paix depuis la signature de l’Accord pour peu que tous les signataires en donnent aussi pleines mesures par le respect de leurs engagements respectifs ; un gage donc de bonne foi pour arriver méthodiquement et définitivement à asseoir les bases d’une réconciliation des cœurs et des esprits.

La CMA toujours porteuse de revendications légitimes, conséquences de souffrances de nombreuses victimes avant 2012 mais porteuse aussi d’espoirs pour finaliser enfin l’œuvre entamée les 15 Mai et 20 Juin 2015 estime en toute logique sans en récuser ni le principe encore moins le bien-fondé, qu’au stade actuel, il est fort prématuré de présenter des excuses et/ou pardon.

Elle affirme sa disponibilité à le faire solennellement sans démagogie par sa propre voix dans les moments et conditions opportunes et sans mandater quiconque. Le cadre et les canaux pour ce faire sont clairement consignés dans le même accord dûment signé notamment par son Titre V qui traite de la réconciliation, justice et questions humanitaires auquel vient s’ajouter une loi d’Entente Nationale qui en fixe les modalités.

La Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) à pied d’œuvre depuis 2016 pour faire l’état des lieux en est un outil important pour déboucher sur un ensemble de mesures propres aux pardons et aux réparations méritées. La CMA participe activement à cet exercice et ne saurait anticiper sur les procédures mises en œuvre.

La CMA ne peut que s’incliner devant la mémoire des nombreuses victimes de tous les camps et de tous les temps tombées dans tous les conflits provoqués par les bévues des systèmes avides de pouvoir et attend autant que le reste du peuple malien dans le cadre de la réconciliation nationale retrouvée, que des excuses soient présentées à toutes les populations martyrisées qu’elles soient du Sud du Centre du Nord de l’Est ou de l’Ouest.

Fait à Kidal, le 21 Décembre 2019
Le Porte-Parole de la CMA
Eouari Ibrahim AG EOUEGH

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *