Ligne de Force : Vote protestataire

En Afrique l’élection présidentielle mobilise l’électorat bien plus que les législatives. On en a eu une démonstration éclatante au Sénégal en 2012. Autant c’est une déferlante qui a porté Macky Sall sur le fauteuil présidentiel que Me Abdoulaye Wade a dû lui céder, autant les électeurs se sont faits rares lorsqu’il s’est agi de désigner les représentants du peuple à l’Assemblée nationale.

Saouti Labass Haidara Directeur Publication Indépendant

Les législatives d’hier au Mali ont constitué une illustration supplémentaire du peu d’intérêt que nourrissent les électeurs pour le choix des députés. Elles ont marqué un immense recul dans la mobilisation de l’électorat, comparées au formidable engouement observé lors du scrutin présidentiel des 28 juillet et 11 août 2013. Lequel s’est traduit par un raz de marée, voire un plébiscite en faveur du candidat IBK.

L’explication la plus couramment donnée à la désaffection des urnes par l’électorat africain aux législatives est qu’en Afrique, l’essentiel du pouvoir est détenu et exercé par le président de la République. Il est quasiment un monarque absolu puisqu’il décide de tout. Tout part de lui et tout revient à lui. Il est l’unique centre de décision, l’astre impérial autour duquel gravitent les autres composantes de la nation, tels des satellites.

Aussi, une fois le président élu, les électeurs considèrent que tout est fait. Ils attendent de lui maintenant qu’il règle tous les problèmes auxquels ils sont confrontés et pour la prise en charge desquels ils lui ont accordé leurs suffrages.

Elire un député ? Les électeurs en perçoivent mal la nécessité parce que peu ou pas du tout convaincus de l’utilité de la fonction. En très peu d’occasions, ils ont vu un projet de loi gouvernemental rejeté par l’Assemblée ou seulement modifié de façon substantielle. Les élus nationaux se gardent tout aussi d’initier et de voter des propositions de loi (une prérogative constitutionnelle) pour changer qualitativement la vie de leurs électeurs. En règle générale, ils se contentent d’entériner, souvent après des empoignades de pure façade – comme pour mieux tromper les citoyens – les desiderata du gouvernement.

En contrepartie de quoi ils empochent de confortables indemnités, s’adjugent des privilèges indus et mènent grand train, du moins comparativement à la majorité de leurs concitoyens dont ils sont censés défendre les intérêts.

Ajoutons-y qu’un nombre considérable d’élus ont été rattrapés, au cours des dernières législatures, par des scandales d’indélicatesses financières, d’extorsions de terres à de malheureux paysans voire d’assassinat. Toutes choses qui ont contribué à déprécier la fonction aux yeux des électeurs qui se sentent trahis, abusés et volés.

De ce contexte, les fameuses listes communes qui ont fait irruption, ces dernières années, dans l’univers électoral malien apparaissent comme un pis-aller. Quand le RPM, qui a porté IBK au pouvoir, s’allie avec l’URD de Soumaïla Cissé – qui a annoncé son ancrage dans l’opposition – pour faire élire le candidat de l’un ou l’autre parti à l’hémicycle, quel contre-pouvoir peut-on espérer voir naitre et s’affermir dans ce pays ? Déjà l’on évoque avec sérieux dans certains milieux l’hypothèse que Soumaïla Cissé pourrait être le futur président de l’Assemblée nationale. Il est clair comme une eau de roche que le but de ce type d’arrangement n’est ni plus ni moins que de permettre à quelques personnes de trouver leur place au banquet du pouvoir pour satisfaire des appétits gloutons.

Le peuple a compris ce jeu sordide depuis bien longtemps. Son refus de se rendre aux urnes peut et doit s’analyser comme un vote protestataire.

 
Saouti Labass Haïdara

SOURCE: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *