Piyara dit Kalifa Diamouténé n’est plus ! : Ses anciens compagnons de l’UNEEM lui ont rendu hommage le mardi 28 août 2018

La Génération Cabral te dit merci

Le lundi 27 août 2018, à l’Hôpital du Mali (un symbole !), tu as définitivement quitté ta famille chérie qui t’adorait. Tu as dit adieu à tes camarades que tu as servis,  et dont tu as éternellement conquis le cœur. Ton cœur a cessé de battre, uniquement pour la Justice,  la Famille,  le Mali,  l’Afrique et  l’humanité tout entière. Seule la mort pouvait réussir ce coup imparable, tant tu adorais l’humain,  tant tu étais humain.

Tu es né le 20 novembre 1959 à Farakala, dans l’ex arrondissement de N’Kourala,  cercle de Sikasso. Tu rencontras l’UNEEM, ses idéaux et ses combats au célèbre Lycée de Badalabougou (L. BAD),  majestueusement édifié sur la Colline du Savoir, lyriquement opposée à la Colline du Pouvoir, celle de Koulouba. Ce fut dès lors une fusion charnelle entre Toi et le Mouvement .Il faut plutôt dire que tu incarnes, toi aussi,  le Mouvement.

Au L. Bad,  de 1976-77 à 78-79, tu fus de tous les combats avec tes valeureux compagnons de lutte : Oumar Mariko, Ramata Dia et Djiguiba Keita dit PPR.

Dans ce lycée de prestige,  nos célébrissimes camarades enseignants : Mamadou Doucouré dit Vé Zéro,  Victor Sy, Modibo Diakité,  Kaourou Doucouré, Oumou Louise Sidibé etc t’ont distingué.

Brillamment admis au baccalauréat malien, 2ème partie, en juin 1979, tu as été attributaire d’une bourse pour des études supérieures d’Anglais en Egypte. Tu perdis le bénéfice de cette bourse pour des raisons jusqu’à présent non élucidées, mais bien certainement au bénéfice de fils à papa.

Tu vins alors t’inscrire à l’Ecole Normale Supérieure au DER Philo – Psycho – Peda.

À l’ENSUP, tu conquis le respect et l’estime de tes professeurs dont les éminents Maîtres Mamadou Lamine Traoré,  Many Camara, Komakan Keita.

Au L. Bad comme à l’Ensup, les comités UNEEM étaient tes lieux de combat. À l’Ensup,  Cabral avait confiance en toi.  Feu Daouda Bamba, Oumar Arboncana Maiga,  Saran Kaba Diakité,  feu Seriba Niambélé etc t’ont porté dans leur cœur.  Abdoulaye Fofana aimait ta camaraderie, Harouna Barry resta ton camarade-frère jusqu’à ta mort.

Lorsque l’autocrate “général” Moussa Traoré décida de fermer les établissements scolaires en septembre 1980, après les assassinats de Cabral en mars et d’Ibrahima Thiocary en juillet 1980, tu rentres dans la résistance dans la clandestinité. C’est ainsi que,  pour commémorer le 1er anniversaire de l’assassinat de Cabral, tu créas,  avec les camarades Pérignama Sylla, PPR,  Mariko,  Ramata Dia,  Barry, et Dahirou Dia, le Comité  Central de Coordination (CCC) pour exiger, à travers des tracts pour lesquels chacun risquait sa vie :

1/ Toute la lumière sur l’assassinat de Cabral et la localisation de sa tombe

2/ la réouverture des établissements

3/ la reconstitution de l’UNEEM.

La lutte continua dans cette clandestinité.  À la réouverture des classes en octobre 1982, le CCC entreprit beaucoup d’activités dont la publication d’un nouveau tract “Appel aux Militants” où  on parlait du bilan de l’UNJM et on appelait aux “amis de l’école malienne”. La main lourde de la répression s’abattit sur les résistants. Tu fus arrêté avec Barry et Issiaka Coulibaly dit Isack. Embastillé et torturé comme tes compagnons d’infortune au Camp1 de la gendarmerie de Bamako,  l’autocratie, satisfaite de cet “exploit”, t’exclua de l’Ensup “pour faute grave” le dimanche 07 novembre 1982. Tu étais en 2eme année Philo Psycho Peda. La même mesure arbitraire frappa (contre l’avis du comité syndical de l’Ensup) PPR et Isack Coulibaly  (2eme Année Russe) et Harouna Barry (3eme année philo).

Alors commença pour toi l’exil,  l’étape sénégalaise de ton combat, avec l’appui des professeurs Mamadou Lamine Traoré,  Abdoulaye Barry, Ibrahima Ly,  Aloyse Raymond N’Diaye,  Abdoulaye Elimane Kane,  Victor Sy, etc.

Au Sénégal,  tu arrives à poursuivre des études en Anglais.  Tu as enseigné au Collège Askia Mohamed de Colobane, Franco-allemand arabe du Point E.

Tu continues le combat dans l’Association des Scolaires Maliens de Dakar (ASMD) avec Doyen Amadou Tiéoulé Diarra,  Souleymane Koné,  Seydou Sissouma,  Totoh Diarrah, Barry, Isack,  Mohamed Diarra etc. Tu y as dirigé la Commission Politique Générale,  qui faisait office de Comité Exécutif de l’ASMD, après les criminelles coupures des bourses,  qui avaient vidé  cette organisation démocratique estudiantine malienne.

 

Ta chambre d’étudiant de la Cité Cabral de Gueultapée comme celles que tu as louées aux Parcelles Assainies étaient ouvertes à tous les Maliens, étudiants ou non où  on trouvait couvert et logis.

Les parents de ta défunte épouse Marie Diouf ont témoigné, en larmes,  ton humanisme, ta fidélité et ton sens du partage.

Ton actuelle et brave épouse, Aïssata Seydi et les siens,  du PAKAO, saluent en toi le mari modèle.

À ton retour au Mali,  ta succulente plume de journaliste dans les journaux de Le Temps, Le Malien,  L’Indépendant, Le Soudanais et La Nation,  a éclairé plus d’un lecteur.

Parallèlement à  l’Amsuneem, tu continuas le combat démocratique à travers le Front de la Jeunesse Indépendante et Révolutionnaire  (FJIR), le PMDR et enfin l’UDR. Jamais un camarade ne t’a reproché le manque de loyauté,  de franche camaraderie ou de patriotisme.

Le Professeur Ali Nouhoum Diallo,  notre camarade de toujours, à  travers toi,  a pris sa part de reconnaissance à  la Génération Cabral en plaçant sa confiance en toi pour l’accompagner dans la noble et exaltante mission du parlement de la CEDEAO à ABUJA.

Camarade et patriarche militant Ali Diallo,  MERCI pour ta contribution au combat du peuple malien.

Camarade Diamouténé, nous disons que tu as pleinement participé à la lutte de notre peuple.

Voici notre reconnaissance pour te servir de sépulture au moment de l’adieu.

Camarade,  je vais te nommer,  pour te saluer: tu t’appelais PIYARA DIAMOUTÉNÉ.

Que la terre te soit légère !!!

AMEN !

Oraison funèbre de l’AMS-UNEEM prononcée par Harouna Barry,

Président  d’honneur de l’organisation

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *