Abdoulaye Idrissa Maïga à la tête du Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement : Faire de ces secteurs de véritables leviers du développement durable

Le nouveau ministre de l’environnement, de l’assainissement et de l’eau est un homme intègre, rigoureux, assidu et travailleur. Abdoulaye Idrissa Maïga, puisque c’est de lui dont il s’agit, est ingénieur des sciences appliquées-Analyste de projets, de classe exceptionnelle, 3ème échelon. En terrain connu, l’ancien directeur de campagne d’IBK capitalise une somme d’expériences pour conduire à bon port sa mission. C’est-à-dire faire des trois secteurs (Environnement, Assainissement et l’Eau) de véritables leviers du développement durable.

 abdoulaye idrissa maiga ministre environnement eau assainissement

Les questions de pollution de la biodiversité, de l’accès à l’eau potable des populations, des pertes de production agricoles sont autant de défis, auxquels, notre environnement est confronté  aujourd’hui. Celui qui est chargé de relever ces différents défis liés au changement climatique dans le Gouvernement de  Moussa Mara, s’appelle Abdoulaye Idrissa Maïga. Né le 11 mars 1958  à Gao, cet Ingénieur des Sciences Appliquées – Analyste de Projets, de Classe exceptionnelle est dans un domaine connu. Dans un cadre purement professionnel, le ministre Maïga a séjourné dans une vingtaine de pays à travers  le monde. Il s’agit entre autres de l’Afrique du Sud,  Bénin, Burkina Faso, Cap-vert, Côte d’Ivoire, France, Ghana, Guinée Conakry, Maroc, Niger.

 

 

Ses productions et publications

De 1981 (date à laquelle il a décroché le diplôme de l’ingénierie analyste de projet à l’Iper de Katibougou) à aujourd’hui, le ministre Maïga a produit et publits une quarantaine d’ouvrages dans plusieurs domaines riches et variés. Il s’agit entre autres : de la Composante pastorale et les aménagements hydro agricoles en zone fluviale, de la Capitalisation des expériences de gestion durable des ressources naturelles, de la Note de discussion sur le concept de l’economie verte,  de l’Evaluation des impacts de la vulgarisation des pompes à pédale à Yayème et Djilor au Sénégal, de la Gestion des pâturages en zone sahélienne : « de la nécessité aux possibilités », du Rapport d’évaluation sur le fonctionnement du centre laitier d’Andéraboukane, de l’Étude pour l’élaboration du dossier d’exécution du projet Mali Nord-Est dans le Gourma, en collaboration avec I.R.A.M (5ème Fed), de l’ Étude pour l’identification des Unités Agropastorales (Uap) dans le cercle de Bourem, de la Réflexion sur la Programmation, la Coordination, et le Suivi-Evaluation : les outils à l’usage des cadres et agents techniques chargés de la réalisation du projet de développement Agro-sylvo-pastoral « Élevage Mali -Nord-Est » . Sans oublier, la contribution à l’evaluation économique de gestion environnementale au Mali. Il a récemment contribué à l’élaboration de la collection intitulée « le Mali entre doute et espoir ».

 

Un homme pétri d’expériences

Pétri d’expériences, le nouveau patron du département de l’Environnement, de l’Assainissement et de l’Eau a été  tour à tour consultant indépendant (de 2012 à 2013), conseiller technique au Ministère de l’élevage et de la pêche (de 2011 à 2012). Il est expert senior dans le cadre des projets d’évaluation économique, expert du Pddaa- Nepad de 2008 à 2011, chef de département  » Etudes et Suivi des milieux  » (Abfn, Bamako : 2003 – 2008) chercheur associé MDRE, chargé de programmes – cps/mdre ( Bamako : 2001 – 2003) ; coordinateur des projets d’Elevage de la région de Mopti (ccpe/ mdre, 1999 – 2001) ; directeur général du projet  » Elevage Mali Nord – Est – Gao  » 1998 – 1999, entre autres postes de responsabilité occupés. Aussi, il a été chercheur associé, coordonnateur de projets, directeur général, entre autres. En plus, Abdoulaye Idrissa Maïga est formateur  d’ingénieurs stagiaires. De ce fait, il a contribué à l’encadrement de cadres postulant aux diplômes supérieurs (maîtrise, DEA, DESS…) Dans la même veine, il a assuré la direction de nombreux mémoires d’études et appui à des travaux de thèse.

 

 

Un ministre en terrain connu

« L’homme qu’il faut à la place qu’il faut », dit-on. Ce proverbe sied bien au nouveau ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement, Abdoulaye Idrissa Maïga qui a la capacité, les connaissances et l’expérience acquise pour mener à bien la tâche à lui confiée. M. Maïga est en terrain connu en étant un spécialiste du développement rural intégré (gestion durable des terres et des modes de production ; pastoralisme et zootechnie au Sahel), des systèmes d’évaluation et des systèmes fonciers  et des projets agricoles et de gestion des ressources naturelles. Ayant conduit en rapport avec les populations de plusieurs bassins de production rurale (régions de Gao, Tombouctou, Mopti, Ségou, Sikasso, Koulikoro, Kidal), entre 1981 et 2011, de nombreux travaux de recherche-action et/ou de développement participatif, M. Maïga s’est pleinement investi depuis 1983, à travers un processus de formation continue et de pratiques du management, dans l’analyse des projets et des approches participatives en l’occurrence dans les domaines : d’application des sciences de la terre et de la planification du développement « économique » régional et local (MCL : méthode du cadre logique, inventaires et observatoires écologiques, évaluation technique et économique). Ce n’est pas tout, il a, aussi, largement contribué aux actions suivantes : Promotion de dispositif efficace de suivi et de gestion rationnelle des ressources naturelles ; plaidoyer autour des concepts Gdrn, Gire, Mpcd, Gdt. Ev : « Gestion Durable des Ressources Naturelles ; Gestion Intégrée des Ressources en Eau ; Mode de Production et Consommation Durables ; Gestion Durable des Terres ; Economie Verte » : (Consultations techniques 2000 – 2013 auprès du CILSS, Alger, Fao, Nepad, Uicn, Pnud,Ipe- Pnue, Sba suisse, Cedeao, etc. ) ; la Mise en place et évaluation des investissements productifs et/ou sociaux selon une approche participative dans la perspective d’une appropriation durable par les concernés, des Aménagements fonciers et des réalisations physiques : au titre du Projet de Développement intégré « Elevage Mali Nord-Est » (financement Badfad/ Fai/Fed : 1990 – 1999/Initiation de la seconde phase du projet). Sans oublier, la Maîtrise d’ouvrage du Projet d’appui aux collectivités locales (Pacl – Douentza: Financement Afd) : au titre de la phase – relais du Pacl : transfert des investissements aux collectivités, diagnostic des situations foncières, promotion de méthodes rationnelles de production et de consommation en milieu agro – sylvo – pastoral. La liste n’est pas exhaustive.

 

Un homme assidu rigoureux et travailleur

Abdoulaye Idrissa Maïga est, à la fois, un homme de dossier et de terrain. Patriote convaincu (car toujours à la recherche des voix et des moyens pour faire avancer son pays), le natif de la Cité des Askia est très actif dans le milieu associatif. Président d’honneur du Centre d’Etudes, de Formation et de Recherche en Développement participatif « Sony Ali Ber » (Cersab en 2001), le ministre Maïga a été, de 1990-1999, le secrétaire général adjoint de l’Association malienne des droits de l’Homme (Amdh) section de Gao. Aussi, il était le rapporteur de la coordination régionale des organisations et associations démocratiques de la 7e région.

 

En tout cas, vu sa parfaite connaissance du Mali profond, on peut dire que l’ancien directeur de campagne d’IBK est non seulement dans son élément, mais aussi en terrain connu. Il a la ferme ambition de faire des trois secteurs à lui confiés, des véritables leviers du développement durable. Armé de foi, le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga envisage d’offrir aux Maliens un véritable cadre de vie agréable car il a toujours dit : « Dieu me suffit ». Polyglote, le ministre Maïga parle le songhoï, le français, l’anglais  et le bambara. Il est marié et père de cinq(5) enfants.

 

Sa nomination est une récompense du mérite d’un digne fils du Mali qui s’est toujours consacré au développement de son pays. On ne peut alors que lui souhaiter bonne chance.

                                                                                                                                       

 Aliou Touré

 

Abdoulaye Idissa Maïga

Un  homme d’action nommé ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement

C’est à juste titre qu’Abdoulaye Idrissa Maïga est nommé ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement. Cacique du parti au pouvoir, Rpm, c’est lui qui a conduit la campagne du président IBK, de mains de maître.

Cité parmi les Premiers ministrables au lendemain de l’élection d’Ibrahim Boubacar Kéïta, Abdoulaye Idrissa Maïga, n’avait pas voulu entrer dans le gouvernement d’Oumar Tatam Ly. Il avait jugé nécessaire de continuer son travail au Qg de campagne pour donner une majorité confortable à l’Assemblée nationale au président IBK. Ce qui fut fait.

Homme de dossier, il est craint pour sa propension à dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. Compétent, il est réputé très discret. Ses collaborateurs, retiennent de lui sa rigueur, son franc-parler et son attachement à ses convictions.

C’est sa loyauté au président IBK qui lui a valu d’être son directeur de campagne à la dernière présidentielle, fulmine un militant du Rpm. Un autre ajoute, ‘’Maïga est un cadre valeureux qui aurait pu servir au plus haut niveau avant aujourd’hui’’.

En tous les cas, l’homme jouit d’une réputation irréprochable tant sur le plan professionnel que politique. Sa nomination a été accueillie avec soulagement au sein du bureau politique national du Rpm, car, même ceux qui ne le portent pas dans leur cœur reconnaissent ses qualités.

                                                                                                                                               A.H.M

SOURCE: Le Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *