Suivi des politiques de santé au Burkina : Des OSC adhèrent à la plateforme DeS-ICI

Vingt-deux Organisations de la société civile (OSC) ont matérialisé, ce 12 février 2020, leur adhésion à la plateforme « Démocratie sanitaire d’implication citoyenne (DeS-ICI) » par la signature d’une charte. Cette plateforme vise à fédérer les OSC intervenant dans le suivi des politiques de santé pour un meilleur impact de leurs actions. L’objectif est de renforcer l’accès à des services de santé de qualité sur tout le territoire.

DeS-ICI se veut une plateforme de renforcement du suivi citoyen des politiques nationales de santé. Adoptée depuis le 21 janvier 2019 par des Organisations de la société civile (OSC), elle est entrée en fonction avec la signature de la charte. Dans la pratique, il s’agit, pour les OSC membres, d’aller à la découverte des dysfonctionnements dans les services de santé dès la plus petite échelle. Pour ce faire, il faut recueillir les informations auprès des populations, des agents de santé, des élus locaux et des services techniques pour les présenter lors des plaidoyers face aux décideurs politiques.

Une vue des OSC signataires de la charte

A travers cette plateforme, il s’agit, pour la multitude d’OSC du domaine de la santé, de mettre ensemble leurs expériences et compétences pour un meilleur impact de leurs actions. Une initiative salutaire pour le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) qui estime « qu’on va être beaucoup plus efficace et plus utile à discuter avec la partie gouvernementale sur les préoccupations du pays pour voir comment on peut accompagner l’Etat à mettre en place sa politique de santé publique avec beaucoup plus de résultats ».

Une autre OSC signant la charte

Faire en sorte qu’il y ait moins de problèmes dans le domaine de la santé

C’est une plateforme déjà en marche au Niger et en Guinée qui vient d’être adoptée au Burkina Faso. Ce, dans l’optique de renforcer le suivi des politiques en matière de santé. Il s’agit, pour ces acteurs de la société civile, de renforcer la veille citoyenne sur le fonctionnement à proprement dit des services de santé et d’interpeller l’Etat sur ses responsabilités.

Le répresentant d’une des OSC signant la charte

La plus-value de cette plateforme sera « de faire en sorte qu’il y ait moins de problèmes dans le domaine de la santé », explique Jonas Hien, président du CNOSC. DeS-ICI permettra également de formuler des recommandations aux décideurs. Surtout, « nous faisons le suivi pour améliorer la prestation des services de soins au profit des populations », renchérit Babou Zio, coordonnateur de la plateforme DeS-ICI.

Babou Zio, coordonnateur de la plateforme DeS-ICI

Et si la plateforme est ouverte à toute OSC, les membres ont le devoir de respecter les principes régissant son fonctionnement. Notamment les principes d’engagement citoyen, de complémentarité dans l’action, de partage de l’information, de transparence et de redevabilité, de non-violence et de respect de la loi.

Jonas Hien, président du conseil national des organisations de la société civile (CNOSC)

Pour ce qui est de la coordination nationale, il y a le coordonnateur et trois groupes thématiques. Le CNOSC assure la coordination des activités de la plateforme pendant que le SPONG occupe le poste de chef de file du groupe thématique Gouvernance. Les questions de suivi budgétaire sont assurées par le CIFOEB, et le RAME s’occupe de l’accès aux services.

Mariam Ouédraogo

Lefaso.net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *