Sahara : Polisario, le Maroc accuse l’Algérie

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations-Unies, accusant l’Algérie d’être le géniteur du Polisario, a indiqué que la résolution 2414 du Conseil de sécurité de l’ONU sur le renouvellement du mandat de la MINURSO « conforte la position du Maroc et sa fermeté ».

Le représentant permanent du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a indiqué, ce vendredi 27 avril 2018, au siège de l’ONU, que la résolution 2414 du Conseil de sécurité sur le renouvellement du mandat de la MINURSO « conforte la position du Maroc et sa fermeté à l’égard des récentes provocations du Polisario à l’Est du dispositif de sécurité et dans la zone tampon de Guergarate ».

Soulignant que le Conseil « a agi avec fermeté, responsabilité et souci d’imposer le droit et ce, conformément à son mandat pour le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde », Omar Hilale, lors de la conférence de presse donnée à l’issue de l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité, a soutenu que le Conseil de sécurité a ainsi « apporté un soutien franc et fort à la double exigence du Maroc ».

« Au Polisario de se retirer immédiatement de la zone tampon de Guergarate »

Expliquant que l’instance exécutive des Nations-Unies a « enjoint au Polisario de se retirer immédiatement de la zone tampon de Guergarate », le diplomate, rappelant que « le Secrétaire Général, M. Antonio Guterres, a formulé la même demande dans son récent rapport au Conseil, le mois dernier », a également noté que le Conseil a « ordonné aux séparatistes du Polisario de s’abstenir de transférer leurs soi-disant structures administratives des camps de Tindouf en Algérie à Bir Lahlou, à l’Est du dispositif de sécurité, manœuvres qu’il a qualifiées de déstabilisatrices de la région ».

Selon les assurances de M. Hilale pour qui, « Le Conseil de Sécurité, tant dans ses délibérations aujourd’hui, que celles de la semaine dernière, ainsi que dans les dispositions de sa résolution, a opposé un rejet catégorique aux tentatives des séparatistes du Polisario de changer les réalités sur le terrain, ce que le Conseil considère comme une violation du cessez-le-feu, et une menace sérieuse au processus politique que l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général, M. Horst Köhler, s’active à relancer », « l’Organe Exécutif des Nations-Unies a utilisé un langage extrêmement ferme à l’encontre des séparatistes du Polisario, afin de mettre un terme à ces provocations gravissimes dans ces deux zones ».

« L’Algérie sait désormais ce que le Conseil de Sécurité attend d’elle »

Pour M. Omar Hilale, « les injonctions du Conseil de sécurité aux séparatistes constituent un démenti cinglant à leurs élucubrations et propagandes au sujet d’un prétendu contrôle à l’Est du dispositif de sécurité, ou d’une entité chimérique qui n’existe que dans leurs esprits et dans celui de leur géniteur algérien (…). Les séparatistes du Polisario ont été clairement mis à l’index par la Communauté internationale pour leurs provocations déstabilisatrices de la région (…). Désormais, ils n’ont plus le choix : soit ils obtempèrent aux exigences du Conseil de Sécurité et se retirent, soit ils assument les graves conséquences qui découleront de leur actes hors la loi ».

« Un autre motif de satisfaction du Maroc par rapport à la résolution du Conseil de sécurité est la demande additionnelle et pressante à l’Algérie d’assumer pleinement ses responsabilités imprescriptibles et de premier plan dans le différend régional du Sahara (…). Le Conseil lui a, en effet, demandé, dans un nouveau paragraphe, et je cite “de hausser son engagement dans le processus de négociations et de remplir son rôle spécial et essentiel pour appuyer le processus politique” (…). Une réponse logique à l’implication directe, depuis 4 décennies, de l’Algérie dans le dossier du Sahara. L’Algérie sait désormais ce que le Conseil de sécurité attend d’elle ».

Afrik

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.