RDC : le rétablissement du second tour de la présidentielle doit se faire dans le cadre du Haut conseil des réformes constitutionnelles, selon Lamuka

La coalition Lamuka dit ne pas être contre le rétablissement du second tour de la présidentielle, comme l’a souhaité le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, lors de son discours sur l’état de la nation devant les deux chambres du parlement, réunies en congrès, le vendredi 13 décembre au Palais du Peuple. Mais la plateforme dirigée actuellement par Adolphe Muzito propose que toutes ces réformes se fassent dans le cadre du Haut conseil des réformes constitutionnelles (HCRC).

« Nous ne sommes pas contre les réformes. Nous ne sommes pas contre le rétablissement du second tour de la présidentielle. Nous proposons que cela se passe dans le cadre du Haut conseil des réformes constitutionnelles et implémenté au parlement », a déclaré Adolphe Muzito en conférence de presse ce lundi 23 décembre, au siège de son parti, dans la commune de la Gombe, sa première en tant que coordonnateur de Lamuka.

Et de poursuivre :

« Nous ne sommes pas une démocratie. Nous sommes une dictature. Est-ce que nous sommes une démocratie qui dysfonctionne ou une dictature qui se porte bien ? Nous avons proposé de commencer par les réformes ».

Muzito, qui se réclame de la résistance et non de l’opposition, arrive à la tête de Lamuka alors que Moïse Katumbi a accéléré le processus de lancement de son parti parti politique, Ensemble pour la République.

Adolphe Muzito a pris officiellement la tête de la présidence tournante de la plateforme « Lamuka », le lundi 2 décembre dernier. La remise et reprise s’était faite avec Jean-Pierre Bemba, qui a présidé cette plateforme politique durant les trois mois précédents.

actualitecd

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *