RCA: des milliers de musulmans vers l’exil

En Centrafrique, les communautés musulmanes sont menacées de représailles contre des civils, selon Médecins Sans Frontières (MSF).

Femmes enfants zone PK 12 Bangui frontière Cameroun réfugiés

Selon cette ONG, la violence a atteint des niveaux intolérables et sans précédent.

Plusieurs milliers de la minorité musulmane ont déjà fui vers le Tchad ou au Cameroun.

Le Tchad comme le Cameroun n’évacuent que leurs ressortissants ou alors, dit un agent de l’ambassade du Cameroun à l’agence France Presse, “ceux qui sont sans papiers mais ont des explications.

Ils doivent pouvoir justifier leur origine camerounaise”.

Depuis début décembre, 31.500 étrangers ont été évacués du pays et plus de 86.000 Centrafricains ont trouvé refuge dans les pays voisins, fuyant en majorité par la route.

Vendredi matin, un nouveau convoi de civils musulmans a encore quitté Bangui sous les huées des riverains, qui n’ont pas hésité à lyncher l’un des candidats au départ.

MSF a déclaré que toutes les communautés ont été touchées par la violence, mais ces derniers jours, il y a eu des représailles collectives contre les musulmans.

“Les civils restent dans la peur constante de leur vie, et ont été pour la plupart été abandonnés à eux- mêmes,” selon une déclaration de Martine Flokstra, coordinateur d’urgence de MSF dans un communiqué.

Dans la capitale Bangui, l’organisme de bienfaisance a déclaré que des combats et des pillages ont continué sans relâche et qu’il avait traité plus de 1650 patients blessés dans les deux communautés à l’issue des violences le mois dernier.

Selon des témoins, des milliers de musulmans entassés sur des camions à Bangui et qui tentaient de quitter la ville vendredi matin étaient escortés par des soldats tchadiens.

“Dans le nord -ouest et à Bangui, nous assistons actuellement à une riposte directe à l’encontre de la minorité musulmane “, a déclaré Mme Flokstra.

“Nous sommes préoccupés par le sort de ces communautés piégées dans leurs villages, entourés par des groupes anti- Balaka” a-t-elle ajouté.

Les combats dans plusieurs villes du nord-ouest avaient contraint la population musulmane à partir et près de 2500 personnes ont fui le village de Bozoum mercredi, a indiqué MSF.

 

Source: BBC Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *