Quand des prisonniers de l’EI retrouvent leurs proches

VIDEO. Après des mois aux mains de l’organisation État islamique, 34 captifs ont réussi à fuir. Une chaîne britannique a immortalisé ces retrouvailles.

femme fille musulmane etat islamique djahadiste al qaida terroriste

 

C’est l’histoire de 34 femmes et enfants, emprisonnés pendant huit mois par le groupe État islamique, qui retrouvent leurs proches. Un moment d’intense émotion filmé par les caméras de Channel 4.

En août 2014, près des monts Sinjar, à la frontière nord de l’Irak, la zone occupée par une minorité kurde d’Irak est attaquée par des combattants du groupe État islamique. Des centaines de personnes sont tuées et des milliers d’autres sont enlevées. On parle de 3 000 femmes et enfants yézidis capturés. Emmenées dans le territoire contrôlé par Daesh, les femmes sont réduites en esclavage, battues, torturées. “Selon les informations que j’ai, je peux dire que 80 % d’entre elles ont été violées”, explique l’avocat. C’est un téléphone caché dans la couche d’un bébé qui leur permet d’entrer en contact avec leurs sauveteurs et d’organiser leur évasion.

Une opération incroyable

Le reportage diffusé par la chaîne britannique mercredi soir, intitulé Escape Isis (fuir Daesh) a en effet suivi le groupe secret d’hommes armés qui a mené cette incroyable opération de sauvetage. Pour la première fois, l’avocat iraqien Khaleel al-Dakhi, qui est à la tête de cette opération travaillant dans le plus grand secret, a autorisé des étrangers à assister à ces retrouvailles. Son réseau aurait déjà sauvé 530 personnes des griffes des islamistes, selon lui.

Le reportage ne dit d’ailleurs pas comment s’est déroulée leur évasion, le groupe espérant pouvoir réitérer de nouvelles opérations de sauvetage, mais les images des retrouvailles sont bouleversantes. Après avoir marché pendant deux jours et deux nuits à travers les montagnes pour retrouver leur liberté, ne pouvant plus attendre, oubliant les risques de bombardement, on voit les femmes et les enfants tomber dans les bras de leurs proches.Il y aurait encore environ 2 500 femmes captives de l’organisation État islamique dans la région.

 

Source: Le Point

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.