Poutine est-il en colère contre Macky ? Ça se gâte entre Dakar et Moscou

Moscou a dénoncé lundi les procédés des militaires sénégalais, le délégué aux droits de l’homme du ministère russe des Affaires étrangères, Konstantin Dolgov a douté lundi dans un entretien avec RIA Novosti que les méthodes employées par les militaires sénégalais lors de l’arraisonnement du chalutier russe Oleg Naïdenov fussent justifiées.

navire bateau quai

“Les méthodes employées lors de l’arraisonnement du bateau de pêche n’étaient sans doute pas justifiées dans cette situation”, a déclaré le diplomate. Des allégations qui peuvent être démontées par la partie sénégalaise dont la communication tarde à se faire encore.

D’après le capitaine du chalutier Vadim Mantourov qui a besoin de soins médicaux, selon l’agence de presse russe, il y a eu confrontation entre l’équipage et les militaires sénégalais qui «ont utilisé la force brutale». RIA NOVOSTI de rappeler que le bateau de pêche russe Oleg Naïdenov a été arraisonné à 46 milles (85 km) du littoral de la Guinée-Bissau par les militaires sénégalais et que l’équipage du bateau est composé de 62 Russes et 20 citoyens de Guinée-Bissau.

Les militaires sénégalais qui ont escorté le bateau dans le port de Dakar ont cédé leur place à la police militaire. Les membres d’équipage, russes et guinéens, se sont vus confisquer leurs passeports, dit encore l’agence de presse russe. Selon les militaires sénégalais, le bateau a été surpris en train de pêcher illégalement dans les eaux sénégalaises. L’agence fédérale russe pour la pêche (Rosrybolovstvo) a antérieurement déclaré que l’équipage du navire respectait à la lettre les normes internationales.

La version russe relayée par sa presse est loin d’être partagé par les pêcheurs sénégalais dont bon nombre ont dénoncé la pratique de chalutiers russes qui ne respectent aucune règle internationale et qui «pire déciment la faune». De nombreux bateaux russes ont été surpris la nuit dans les eaux sénégalaises sans aucune balise montrant leur présence, pêchant illégalement, ce qu’aucun bateau sénégalais ne peut faire dans les eaux russes, peste-t-on du côté de Dakar où l’on commence à prendre conscience qu’il est grand temps de protéger les ressources halieutiques.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *