Politique: Les États-Unis mettent en garde le Kenya

Les États-Unis ont lancé une alerte concernant un éventuel attentat terroriste perpétré par des agents biologiques non sécurisés stockés dans les établissements de santé et les laboratoires de recherche médicale du Kenya.

Cette mise en garde des États-Unis , contenue dans un document du ministère de la Santé publié le mois dernier, révèle les efforts en cours dans les coulisses pour sécuriser les agents pathogènes stockés au Kenya Medical Research Institute (Kemri).

Le gouvernement américain, par l’intermédiaire de l’Agence de réduction de la menace, accélère la construction d’une installation de stockage sécurisé à Kemri.

Les États-Unis prennent en charge 90 % du coût de construction d’une installation de stockage d’échantillons à Kemri, soit l’équivalent de 6 millions de dollars.

Le gouvernement kényan devrait mettre en place des installations de sécurité et de vidéosurveillance pour l’installation à un coût de 500 000 dollars plus 400 000 $ supplémentaires pour l’exploitation du logiciel de sécurité pendant cinq ans.

Le document soulève des préoccupations quant aux dangers associés aux agents pathogènes trouvés dans les établissements de santé et les centres de recherche et les qualifient de menace sérieuse pour la stabilité nationale.

« Kemri possède de multiples organismes biologiques et d’autres matériaux qui sont stockés dans de nombreux laboratoires (dans des réfrigérateurs et congelés dans des chambres à azote) au sein de l’institut.

Ils représentent une grande menace pour la communauté car les organismes peuvent accidentellement, par dessein ou par une catastrophe naturelle, s’infiltrer dans la communauté et causer des ravages.

Les criminels ou les terroristes peuvent aussi les utiliser pour leurs mauvaises intentions. Nous prenons donc ce projet au sérieux », affirme le document de cadrage des dépenses à mi-parcours du ministère de la Santé, qui couvre la période 2019 à 2022.

Attaque à l’anthrax

En mai 2016, la police a annoncé qu’elle avait déjoué une attaque biologique à l’anthrax par un groupe terroriste ayant des liens avec l’État islamique (IS).

Un homme, son épouse et une autre femme ont été arrêtés au cours d’une opération qui s’est déroulée dans différentes parties du pays.

Dans une déclaration publiée à l’époque, les forces de sécurité ont déclaré que le réseau terroriste s’étendait à travers le pays et au-delà de ses frontières, y compris en Somalie, en Libye et en Syrie.

Mohammed Abdi Ali, stagiaire en médecine dans un hôpital kenyan, aurait été responsable d’un « réseau terroriste… planifiant des attaques à grande échelle semblables à celle du Westgate Mall » qui a fait 67 morts en 2013 à Nairobi.

Selon la déclaration, le réseau de M. Ali comprenait des experts médicaux qui pouvaient aider à organiser une attaque biologique à l’anthrax.

Son épouse, Nuseiba Mohammed Haji, étudiante, a également été arrêtée en Ouganda, tout comme un ami, Fatuma Mohammed Hanshi.

Le rapport du Ministère de la santé indique que l’installation de stockage est conçue pour réduire la menace chimique et biologique pour le pays.

Liste d’inventaire

Une enquête sur la biosécurité menée au Kenya en 2015 a révélé que les laboratoires du pays stockent au moins 16 agents pathogènes dangereux.

Moins de 50 % des laboratoires ont une liste d’inventaire, tandis que deux laboratoires ont signalé que des agents biologiques dangereux avaient disparu de leurs magasins sans laisser de traces.

Une attaque biologique est la dissémination intentionnelle d’un agent pathogène contre les humains, les plantes ou les animaux.

Une attaque contre des personnes pourrait être utilisée pour répandre la maladie, la mort, la peur, la perturbation de la société et des dommages économiques.

Une attaque contre les plantes et les animaux agricoles causerait principalement des dommages économiques, une perte de confiance dans l’approvisionnement alimentaire et la perte possible de vies humaines.

Source : voiceofnigeria

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *