Ouganda : Les avoirs des fils de Joseph Kony (LRA) gelés aux États-Unis

Les péchés de Joseph Kony sont en train de retomber sur sa progéniture mise à l’abri aux États-Unis. C’est que les autorités américaines ont décidé d’asphyxier économiquement ce seigneur de guerre ougandais. Cette mesure s’est traduite par le gel des avoirs de tous ceux qui sont liés au LRA, selon Jeune Afrique.

joseph kony militaire soldat officier chef lra ougandaise

Les fils de Joseph Kony étouffés économiquement

Salim et Ali, les deux fils de Joseph Konyexilés au pays de l’oncle Sam sont visés par Washington. En effet, le département dutrésor américain s’est engagé à couper les vivres à l’Armée de résistance du Seigneur(LRA). Ainsi que l’a annoncé un communiqué y afférent : « Prendre des mesures agressives pour affaiblir les capacités d’action de la LRA et de ses affiliés. » Cette sanction financière vise également à « combattre le trafic d’ivoire» qui se veut un commerce très juteux pour cette rébellion.

Loin d’être de simples faire-valoir, ces deux fils du Messie sanglant sont effectivement actifs au sein de la rébellion ougandaise. À en croire les autorités américaines, Ali Kony, planificateur présumé des opérations, serait pressenti pour succéder à son père. Concernant Salim Kony, il dirige activement des opérations de terrain, éliminant au passage quelques membres défectueux. Cette traque tous azimuts de la guérilla ougandaise est véritablement en train de porter ses fruits. En plus de la perte de certains de ses bastions, cette rébellion a du mal à se fixer en République centrafricaine, pourchassée par les forces spéciales américaines.

Mais pour certains observateurs, Barack Obama devrait ordonner l’arrestation pure et simple de ces deux rebelles présumés. Si tant est que leurs faits d’armes sont avérés, il conviendrait de les traduire en justice. Le simple gel de leurs avoirs pourrait paraître insignifiant au vu de toutes les misères causées sur leur passage. À défaut d’appréhender Joseph Kony lui-même, pourquoi ne pas arrêter ses deux fils qui suivent les traces de leur géniteur ? À moins qu’il n’y ait anguille sous roche…

 

Source: Jeune Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *