Niger/Education: un projet de l’AFD offre une seconde chance à plus de 1.000 enfants

Plus de 1.000 enfants bénéficient au Niger d’une intégration dans le système scolaire dans le cadre du projet Alliance Sahel, développé par l’Agence française de développement (AFD) à travers des classes passerelles, a constaté APA sur place lors d’une récente visite de terrain.

«On essaie de trouver des solutions avec le ministère de l’Education du Niger pour que ces enfants puissent revenir à une éducation un peu plus formelle et soient réintégrés après les classes passerelles mises en place pour une ou deux années », explique Julie Maline, chargée de mission à l’AFD.

Ce projet est exécuté à travers des organisations non gouvernementales, comme l’Organisation nigérienne des éducateurs novateurs (ONEN). Selon son Directeur des programmes, Hamza Djibo, le travail se fait sur « plusieurs concepts ».

Il y a la stratégie de scolarité accélérée par passerelle pour les tranches d’âge de 9 à 12 ans, la stratégie de scolarité accélérée 2 (SSA2) qui prend en compte les enfants de 13 à 14 ans et un autre programme de deux ans pour accéder au collège, tandis que la Stratégie d’apprentissage accéléré pour adolescents (S3A) s’occupe des adolescents », a-t-il fait savoir.

A son tour, Jean Marc Gravelleni, responsable de l’Unité de coordination de l’alliance, indique qu’il s’agit de venir en aide à des populations fragilisées. Et ce, pour permettre aux enfants d’être intégré dans le système éducatif classique.

« Nous avons décidé d’unir nos forces, nos moyens financiers pour plus d’efficacité, plus de performances, plus de résultats au bénéfice des populations sahéliennes en mettant un accent particulier sur les zones de grandes fragilités », a précisé M. Gravellini.

En plein cœur du Sahel, le Niger est l’un des pays les plus pauvres du monde. Enclavé, il est soumis à des conditions climatiques extrêmes auxquelles les autorités devraient faire face pour relever les défis d’une forte croissance démographique et de l’instabilité régionale.

L’AFD accompagne le Niger notamment dans des secteurs prioritaires : éducation, eau et assainissement, énergie, santé, développement rural, gouvernance et appui au secteur privé.

Initié il y a un an par la France et l’Allemagne, avant d’être rejoints par d’autres pays européens et des institutions financières, l’Alliance Sahel entend mobiliser 11 milliards d’euros, soit 7 215 milliards FCFA, pour mettre en œuvre quelque 570 actions fortes de développement, conformément aux priorités des gouvernements des Etats concernés.

Pour ce qui est du programme de l’éducation, la phase pilote des classes passerelles cible 40 centres devant recevoir à terme 1 620 enfants à travers le pays, où plusieurs enfants n’ont pas accès au système scolaire.

L’Alliance Sahel est un vaste programme de réalisations de projets de développement au profit de cinq pays du Sahel : Niger, Mauritanie, Burkina Faso, Mali et Tchad. Ces pays fragilisés ces dernières années par le terrorisme.

SY/ap/ls/APA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *