”Nelson Mandela responsable de la xénophobie en Afrique du Sud”, selon un écrivain ghanéen

Suite aux récentes attaques xénophobes dirigées contre d’autres ressortissants africains en Afrique du Sud, Zudana Azudaa, écrivain et panafricaniste ghanéen, a relaté son expérience et dit qui serait à la base de la xénophobie des Sud-Africains.

Zudana Azudaa, a déclaré que le célèbre lauréat du prix Nobel de la paix, Nelson Mandel, serait à blâmer pour les attaques xénophobes dans le pays.

Il a intitulé son article: ‘Nelson Mandela doit être tenu pour responsable des attaques xénophobes en Afrique du Sud.’

Zudana Azudaa a écrit:

Il est 3h15, je suis supposé être endormi mais je ne peux pas dormir. La douleur, le traumatisme, l’agonie que pourrait subir mes frères en Afrique du Sud me tiennent éveillé. Je souhaite que ce que j’ai regardé sur les médias sociaux ne soit qu’un film. [Cela] dans quelques minutes, ces images horribles auraient été loin dans mon esprit.

J’aimerais que ce soit juste un des rêves horribles, j’aurais réussi à me réveiller de mon sommeil. Je ne peux pas oublier ce que j’ai vu. Je suis vraiment terrifié.

Entre 1948 et 1994, les Sud-Africains vivaient sous un système de lois racistes appelés apartheid. Les personnages principaux qui se sont opposés, qui ont résisté et par la suite prétendu avoir démantelé l’apartheid sont aujourd’hui à l’origine de l’attaque xénophobe en Afrique du Sud.

Ils doivent être tenus pour responsables de cet assassinat de Nigérians et d’autres ressortissants africains (y compris mes propres ressortissants, des Ghanéens) vivant en Afrique du Sud.

Parmi eux, le lauréat du prix Nobel de la Paix, Nelson Mandela Madiba. Ses os ne se reposeront jamais. Il a trahi le peuple africain qui l’a aidé pendant les jours de l’apartheid.

La colonisation en Afrique du Sud est unique en son genre. La colonisation officielle de l’Afrique du Sud par les Blancs a pris fin en 1961, lorsque le pays est devenu une république. Puis vint la colonisation interne par les mêmes Blancs, maintenant appelés Afrikaners.

L’ère de cette colonisation interne est allée jusqu’en 1994, lorsque le pays est devenu une démocratie. Les Noirs indigènes qui constituaient la majorité avaient alors la possibilité de diriger leur propre pays.

La victoire électorale de Nelson Mandela en 1994 a été la victoire du peuple noir indigène, une victoire de l’Afrique, une victoire qui rend le pouvoir aux véritables propriétaires de la terre sud-africaine.

Pour moi, cela était censé être le tournant pour les Noirs en Afrique du Sud, le point de retour attendu de l’oppresseur.

La période qui a marqué le retour final des maîtres coloniaux sur leur terre ancestrale d’Afrique. Le moment était venu de supprimer et de corriger toutes les inégalités créées par des décennies d’apartheid.

Le principe de l’apartheid était que les Blancs étaient supérieurs aux Africains et que la base était de consolider la suprématie blanche pour toujours.

Les inégalités sociales et économiques créées pendant l’ère de la colonisation et de l’apartheid n’auraient pas pu être rétablies en changeant la constitution du pays.

Au cours de cette période, plusieurs mesures ont été prises pour promouvoir les inégalités raciales. Le système éducatif en Afrique du Sud a été mis en place pour favoriser les Blancs. L’éducation des Blancs est centrée sur la lecture, le langage et les mathématiques, tandis que l’éducation des Noirs forme les personnes à devenir des ouvriers non qualifiés afin qu’ils ne puissent pas rivaliser avec les Blancs pour des emplois mieux rémunérés.

De nouveau, l’adoption de la loi de 1950 sur les zones de groupe a également favorisé les inégalités en Afrique du Sud. Cela a forcé les Noirs à quitter leurs maisons et à s’installer dans les régions les moins développées, tandis que les Blancs vivent dans les régions les plus développées. Cela a entraîné un déplacement massif, car de nombreux Noirs vivaient encore loin des régions développées.

Même si cela n’est plus imposé par la loi, il est difficile pour les Noirs de trouver place dans les régions développées.

Publicité

Des mesures telles que les taxis minibus, une forme de transport public moins onéreuse des zones rurales aux villes et l’adoption des lois sur l’équité en matière d’emploi destinées à lutter contre la pauvreté liée aux inégalités raciales n’étaient pas assez sévères pour résoudre un problème de quatre décennies qui a laissé une maladie chronique chez la population .

La société sud-africaine reste une société inégale en raison des inégalités causées. Ainsi, dans le but d’analyser et d’apprécier les malheurs des Sud-Africains noirs aujourd’hui, il ne faut pas négliger l’histoire, car elle jette les bases fondamentales du problème.

Les Blancs d’Afrique du Sud continuent d’avoir des avantages économiques sur les Noirs. La Banque mondiale a publié un rapport détaillant les causes profondes des luttes économiques en Afrique du Sud. Dans ce rapport, il est indiqué que les non-Blancs ont statistiquement moins de compétences, tout simplement parce qu’ils ont été exclus du marché du travail pendant si longtemps.

Cela signifie qu’ils sont toujours plus susceptibles d’être au chômage que les Blancs. En fait, les Sud-Africains noirs ont enregistré un taux de chômage de 31,4% en 2017, contre 6,6% chez les Sud-Africains blancs. Quelle disparité raciale.

La suprématie blanche existe en Afrique du Sud, l’apartheid ou «apartness» est encore visible sur ce pays. “Nous avons triomphé dans nos efforts d’implantation d’espoir dans les seins de millions de personnes.

Nous concluons une alliance selon laquelle nous construirons une société dans laquelle tous les Sud-Africains, qu’ils soient noirs ou blancs, puissent marcher grands, sans crainte aucune, dans leur cœur, assurés de leur droit inaliénable à la dignité humaine – une nation arc-en-ciel en paix [avec] elle-même et le … “(Congrès national africain, 1994) Nelson Mandela a cité dans son [discours inaugural] en tant que le premier chef noir et démocrate était une erreur, était trompeur, n’était pas une représentation fidèle.

 

Source: afrikmag

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *