Lutte contre les groupes djihadistes: La France renforce son dispositif militaire en Afrique

Pour faire face à la percée terroriste qui s’installe progressivement sur le continent africain, particulièrement dans la zone du Sahel, la France a décidé d’entreprendre une réorganisation de son dispositif militaire dans quatre pays d’Afrique, désignés comme pôles principaux, pour renforcer l’efficacité de ses forces dans la lutte contre les groupes djihadistes qui opèrent dans cette zone immense. En effet, au cours de son séjour américain la semaine dernière, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a, à Washington, présenté à son homologue américain, Chuck Hagel, le nouveau dispositif militaire de son pays pour contrer les attaques terroristes qui secouent actuellement la zone du Sahel.

 

sldats militaire français mission force armee special serval mauritanie

Pour Jean-Yves Le Drian, un redéploiement français doit servir à se «prémunir demain contre le risque d’un chaos en Afrique de l’ouest précisément dans la zone sahélienne». En effet, le nouveau dispositif devrait y maintenir environ 3 000 hommes. Il s’agit de réarticuler les forces autour de quatre pôles spécialisés à savoir Gao (Mali), N’Djamena (Tchad), Niamey (Niger) et Ouagadougou (Burkina Faso) pour faire face à une menace devenue régionale. Ce mouvement de troupes de l’armée française, qui a nécessité des déplacements des forces présentes en Côte d’Ivoire, a suffi aux articulateurs de mensonges à la tête patinée de rumeurs pour faire circuler des SMS donnant dans l’intox. « Du genre Hollande annule sa visite en Côte d’Ivoire. La situation est très grave, l’armée française se déploie… sécurité renforcée au domicile du Chef de l’Etat et au palais ». Ces SMS, qui tendaient à faire peur aux Ivoiriens, ne sont que pur ragot. A la vérité, selon un communiqué du ministère de la Défense Française, Paris, qui compte sur les États-Unis pour soutenir la France en matière de renseignement dans un rôle de surveillance et d’intervention contre les groupes djihadistes de la région précisément en Afrique de l’Ouest a entamé une réorganisation de son dispositif, «à terme, il ne devrait pas y avoir plus de soldats français en Afrique, mais ils seront répartis légèrement différemment» indique le communiqué. Selon le ministre français de la Défense, au Mali, où le contingent français doit être ramené à un millier d’hommes dans quelques mois, Gao devrait devenir une sorte de plaque tournante d’où les forces poursuivront leurs opérations dans le Nord du pays aux côtés de l’armée malienne. « Les forces terrestres stationnées à N’Djamena (950 hommes) joueront en cas de besoin le même rôle dans le Nord du Tchad. L’essentiel des moyens aériens français (avions de chasse Rafale et Mirage 2000D) restera stationné dans la capitale tchadienne. Niamey, où sont déployés les deux drones Reaper acquis récemment aux États-Unis, doit servir de plate-forme logistique et de pôle de renseignement. Enfin, Ouagadougou servira de base aux forces spéciales, les premières en action en cas de coup dur. Le troisième rideau des forces françaises en Afrique de l’Ouest, pour sa part, devrait globalement rester le même, avec ses implantations au Sénégal (350 hommes), au Gabon (940), en Côte d’Ivoire (450), auxquelles s’ajoutent les 1.600 soldats engagés dans l’opération Sangaris en Centrafrique » précise le communiqué. Il n’y a donc rien concernant la Côte d’Ivoire. Les faiseurs de rumeur qui veulent faire peur aux Ivoiriens ont tenté en vain de rattacher ces actions de Paris en Afrique à la situation du chef de l’Etat ivoirien. Ils doivent faire encore preuve d’imagination. Celle-là amuse les Ivoiriens.
Moussa Keita

source : bamada.net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *