Les Etats-Unis retournent en Somalie

Les États-Unis ont établi leur première présence diplomatique en Somalie depuis près de 30 ans. Le département d’État a déclaré que cet “événement historique” reflétait les progrès réalisés par ce pays d’Afrique de l’Est.

L’ambassadeur Donald Yamamamoto dirige l’ambassade à Mogadiscio. Auparavant, il était basé à Nairobi, au Kenya.

Les États-Unis ont fermé leur ambassade en Somalie en janvier 1991, en plein combats entre les rebelles et le gouvernement, et ont dû évacuer par avion leur ambassadeur et leur personnel.

Le président américain Donald Trump a étendu ses opérations contre Al-Shabab en mars 2017 et l’armée américaine a mené plus d’une vingtaine de frappes aériennes, y compris des frappes de drone, en Somalie cette année.

Traditionnellement, les présidents américains hésitent à intervenir en Somalie depuis que 18 soldats des forces spéciales sont morts en combattant des milices à Mogadiscio en 1993.

Une célèbre bataille qui a inspiré le scénario du film “La chute du faucon noir”.

Omar El-Béchir en route pour un troisième mandat

Les députés soudanais ont soutenu une initiative visant à amender la Constitution pour permettre au président Omar El-Béchir de se présenter pour un troisième mandat lors des élections de 2020.

Si la Constitution n’est pas modifiée, M. Bashir, qui est arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État en 1989, ne pourra pas se représenter, puisqu’une limite de deux mandats a été introduite en 2005.

En 2016, Omar El-Béchir avait indiqué à la BBC qu’il démissionnerait en 2020.

Le président du Parlement, Ibrahim Ahmed Omar, a déclaré qu’il avait reçu une lettre signée par une majorité de législateurs soutenant un amendement visant à lever la limite de mandat.

Les modifications constitutionnelles proposées donneraient également au président le pouvoir de destituer les gouverneurs élus.

Ibrahim Ahmed Omar a indiqué que la missive émanait de 294 députés de 33 partis politiques.

Selon Reuters, une proposition de modification de la Constitution devrait être soumise par le président ou par le biais d’un mémorandum et validé par au moins un tiers des membres du parlement de 581 sièges.

BBC Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *