Les dirigeants de l’Afrique de l’Ouest tiennent un sommet sur la bataille antiterroriste au Sahel

En 2018, des groupes terroristes ont mené plus d’une attaque chaque jour dans la région.


Des soldats maliens dans la force militaire commune du G5 Sahel en patrouille lors d’une opération en 2017. AFP
Des soldats maliens dans la force militaire commune du G5 Sahel en patrouille lors d’une opération en 2017. AFP
Les dirigeants ouest-africains se réuniront samedi à Burkina Faso dans la capitale burkinabée pour un sommet qui devrait aboutir à un remaniement de la tentative infructueuse de vaincre le terrorisme dans la région du Sahel.

La plupart des dirigeants d’Ecowas, le groupe des 15 pays de la côte ouest africaine et de l’arrière-pays, devraient participer à la réunion d’une journée à laquelle participeront également le Tchad, le Cameroun et la Mauritanie.

L’ordre du jour portera sur l’examen du G5 Sahel, une alliance de cinq pays pour lutter contre le terrorisme dans la région fragile située entre le Sahara et l’Atlantique.

Soutenu par la France, ancienne puissance coloniale, le G5 Sahel a été formé en grande pompe en 2014.

L’élément central de sa stratégie a été une initiative lancée en juillet 2017 visant à regrouper 5 000 soldats burkinabés, tchadiens, maliens, mauritaniens et nigériens et à reprendre le contrôle des groupes d’insurgés de la région.

Mais paralysée par l’insuffisance des fonds, de la formation et de l’équipement, la force n’a atteint que 4 000 hommes et pour beaucoup d’analystes, elle semble perdre la bataille.

Les extrémistes se sont répandus du Mali au Burkina Faso et au Niger, ainsi qu’au Tchad.

Leurs raids à l’improviste infligent de plus en plus de pertes humaines, économiques et politiques, faisant craindre que les pays côtiers du sud ne soient en queue de peloton.

Un autre exemple des difficultés auxquelles la région est confrontée est venu jeudi, lorsque deux soldats ont été tués au cours de deux attaques dans le nord du Burkina Faso, a rapporté l’AFP.

Il s’agissait de la dernière d’une série d’attaques meurtrières contre les forces de sécurité dans ce pays ouest-africain sans littoral.

Lassina Diarra, une analyste politique régionale, a déclaré cinglant que le sommet de Ouagadougou devrait “marquer l’inhumation” du G5 Sahel.

“Les pays de la CEDEAO ont compris qu’ils devaient agir, qu’ils étaient menacés”, a déclaré M. Diarra.

Ecowas est une abréviation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Mahamadou Savadogo, chercheur sur la démocratie et le développement à l’Université Gaston Berger du Sénégal, a déclaré que le G5 Sahel était “presque à genoux. Il avait mal commencé”.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a également une vision sombre de la situation.

“Je suis totalement convaincu que nous ne gagnons pas la guerre contre le terrorisme au Sahel et que l’opération doit être renforcée”, a déclaré M. Guterres la semaine dernière.

L’ampleur du défi auquel est confrontée la force du G5 Sahel est énorme.

Aux États-Unis, le think tank Center for Strategic and International Studies indique que le nombre d’attaques radicales au Sahel a doublé chaque année depuis 2016. L’année dernière, ce total était de 465.

“Malgré des investissements et des investissements internationaux importants, l’extrémisme violent augmente”, a déclaré le centre.

Oxfam, une organisation humanitaire britannique, affirme que 13 millions de personnes dans la région ont besoin d’aide. L’eau, la nourriture, la santé, le logement, l’assainissement et l’éducation sont nécessaires.

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, lors d’un sommet de l’Union africaine en juillet, a appelé à une “coalition internationale” sur le modèle de l’alliance lâche qui combattait l’Etat islamique en Irak et en Syrie.

Un terrain international plus large attire également la Côte d’Ivoire, qui a subi en 2016 un attentat terroriste qui a tué 19 personnes.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que sa frontière septentrionale constituait un risque “orange” pour la sécurité. Les Français sont donc invités à ne pas s’y rendre sauf en cas de nécessité.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a déclaré que la mission de l’ONU au Mali et le G5 Sahel n’étaient pas suffisants.

“Nous devons trouver des moyens de coordination plus larges et plus efficaces”, a déclaré M. Ouattara.

Le président français Emmanuel Macron, qui a fait pression sans relâche pour obtenir des dons en faveur de la force du G5 pour le Sahel, a également annoncé un changement de ton subtil.

Se tenant aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel lors du sommet du G7 à Biarritz le mois dernier, M. Macron a déclaré qu’il était temps “de changer les méthodes et l’ampleur”.

Un responsable de la sécurité française a été gardé sur ce qui pourrait venir du sommet de Ouagadougou.

“Un autre sommet, une autre réunion qui se termine par un appel à plus de coopération”, a-t-il déclaré. “Peut-être. Mais au moins, vous pouvez voir un mouvement en faveur du changement.

SourceAFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *