Le PM du Lesotho exhorte la SADC à envoyer des soldats de maintien de paix

Le Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane, a demandé à la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) d’envoyer des soldats dans son pays suite à un coup d’Etat militaire.

 

lesotho fuite premier ministre Tom Thabane

 

 

 

Cette “situation est hors de contrôle”, a déclaré le conseiller de M. Thabane, Samonyane Ntsekele, aux médias lors d’une réunion de crise de l’Organe sur la politique, la Défense et la sécurité de la SADC, à Pretoria, Afrique du Sud.

“Vous ne pouvez plus dire que vous ne pouvez envoyer qu’une mission. Vous avez besoin d’une intervention de soldats”, a déclaré M. Ntsekele.

Lundi, la SADC a tenu une réunion à Pretoria en Afrique du Sud portant sur la tentative de coup d’Etat au Lesotho.

Le président sud-africain Jacob Zuma et les ministres des Affaires étrangères du Zimbabwe et de la Namibie étaient présents à la réunion. La réunion a commencé dimanche soir dans l’espoir de trouver une solution aux troubles politiques dans le petit pays africain.

L’Afrique du Sud, qui encercle le Lesotho, a envoyé un avertissement fort à l’armée du Lesotho dans lequel il rappelait que les changements anticonstitutionnels de gouvernement n’étaient pas tolérés, a informé le porte-parole de la Coopération et des Relations internationales de l’Afrique du Sud, Clayson Monyela.

M. Thabane, qui a trouvé refuge en Afrique du Sud avant que l’armée n’arrive chez lui, et son vice-Premier ministre rival, Mothejoa Metsing, se trouvaient tous deux à Pretoria pour rencontrer M. Zuma et les officiels de la SADC.

M. Thabane, qui accuse M. Metsing d’être à l’origine de cette tentative de coup d’Etat, a expliqué que ce coup d’Etat avait pour but de le renverser.

Samedi matin, l’armée du Lesotho a temporairement saisi le siège de la police, les stations de radio et de télévision, laissant présager un coup d’Etat. Mais l’armée a nié avoir comploté un coup d’Etat et a expliqué que ses actions avaient pour but d’empêcher la police d’armer des “fanatiques” politiques.

Le ministre des Services publics du Lesotho, Motloheloa Phooko, a déclaré lundi avoir pris les rênes du gouvernement du pays en devenant Premier ministre par intérim.

Même si l’armée s’est retirée depuis, ces derniers agissements ont affaibli le gouvernement de coalition déjà fragile du pays.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.