Le grand bide du Sommet de la Ligue arabe à Nouakchott

Le 25 juillet 2016 à Nouakchott, le sommet de la Ligue arabe aura été un échec complet. Un camouflet pour le président mauritanien Aziz, qui espérait redorer son blason avec cette réunion.

sommet forum conference Ligue arab mauritanie

En froid avec les Américains qui n’ont pas apprécié de découvrir l’accord secret en 2010 du pouvoir mauritanien avec El Qaida, en conflit avec le voisin marocain et sans désormais un vrai soutien de la France, le pouvoir mauritanien est désormais très isolé. Seule demeure une relation forte avec l’Algérie, en Etat malgré tout en quasi régence, car confronté à d’insolubles problèmes de succession. Très en en retrait, Alger soutient Nouakchott comme la corde soutient le pendu.

Dans ce contexte difficile, le sommet de la Ligue arabe à Nouakchott, le 25 juillmet, a vu se multiplier les couacs en tous genres qui ne rehaussent pas l’image plombée du régime mauritanien. Voici quelques uns des principaux impairs qui ont marqué le sommet.

Des postures à contre courant. Le Maroc avait peu apprécié d’être remplacé au pied élevé par la Mauritanie, quand sa diplomatie avait estimé que l’heure n’était pas venue de réunir les frères arabes désunis. Or le logo du Sommet de la Ligue arabe représente une carte où le territoire marocain a été amputé du Sahara occidental. Fallait-il froisser plus encore la susceptibilité de Rabat? N’était-il pas judicieux pour la diplomatie mauritanienne de rechercher, comme par le passé, à jouer jeu égal entre Rabat et Alger?

Ce geste faits pour plaire au puissant voisin algérien se paiera au prix cher. En effet, le retour du Maroc dans l’Union africaine risque de marginaliser davantage Aziz qui n’a pas participé au Sommet de Kigali. La Mauritanie en effet soutient la République sahraouie au moment où une majorité d’Etats africains sont prêts à la sacrifier

L’absantéisme massif. Six chefs d’État arabes seulement sur vingt deux ont participé au Sommet de Nouakchott. Outre l’absence programmée des chefs d’État du Maghreb, les absences du roi d’Arabie Seoudite et du Général Sissi, le président égyptien, ont été plus significatives. Jusqu’à présent, les Séoudiens et les Egyptiens étaient de fidèles alliés du pouvoir mauritanien.

Des soutiens douteux. Les seuls chefs d’Etat présents au sommet de Nouakchott sont les fort controversés puisqu’il s’agit des présidents largement illégitimes du Yémen, des Comores, du Soudan, de Djibouti. Quant à l’émir du du Qatar, un allié de poids de la Mauritanie sur le plan financier, il aura peu apprécié de ne pas être cité dans le discours d’ouverture du président Aziz. Il n’ a passé que trois heures à Nouakchott et de mauvaise humeur.

Des débats écourtés. La réunion qui devait durer deux jours a finalement été terminée au bout de six heures, cérémonies incluses.  Rarement un Sommet ne fut aussi court. Aucun des problèmes importants concernant la sécurité et une Force commune n’a été abordé.

Des conditions d’hébergement spartiates voire indignes. L’intendance n’a pas suivi. Les potentats arabes habitués aux Palaces n’ont guère pu être reçus à Nouakchott dans des conditions qu’ils jugent dignes de leur rang. Les formidables recettes pétrolières et minières de la Mauritanie de 2010 à 2014 n’ont pas été utilisées pour doter la capitltale d’un équipement hôtelier minimum qui soit digne de ce nom.

Du coup, beaucoup de délégations étrangères n’ont passé que la journée à Nouakchott, en préférant se replier sur le Maroc, notamment à Agadir, pour y passer la nuit. Le ministre libanais s’est même ouvertement plaint de cette organisation déficiente. Manifestement, le lait de chamelle pris sous la Rhaima n’était pas la tasse de thé de ces ddiplomates venus du Moyen Orient.

par Nicolas Beau

Source: Mondafrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *