Guinée : la Tabaski en préparation malgré une conjoncture difficile

A quelques jours de la fête de Tabaski en Guinée, les foirails de moutons et autres ateliers de couture ne désemplissent pas de clients, même si certains parmi ceux-ci sont obligés de revoir quelquefois leur position à cause de la conjoncture difficile qui inquiète également les éleveurs ainsi que les couturiers.

Arrivé à Conakry il y a une semaine, Thierno Mamadou Bah expose ses moutons et vaches au foirail de Liberté, à quelques mètres du grand marché de Madina.

Ayant acheté le bétail à la préfecture de Dalaba, à 363 km de la capitale guinéenne, il l’a convoyé dans un camion en compagnie de deux autres commerçants. Et pour bien s’en sortir alors, surtout en cette période jugée propice, il vend le mouton entre « 1 200 000 GNF et 2 000 000 GNF », soit entre 75.000 et 130.000 FCFA.

Parmi le bétail aussi, souligne Mamadou Bah, il y a « des moutons que nous avons fait venir du Mali qui sont vendus entre 3 000 000 à 4 000 000 GNF. Les vaches c’est à partir de 4 500 000 à 7 000 000 GNF ».

Ainsi d’une année à une autre, les prix du bétail connaissent une hausse en Guinée.

Pour Thierno Mamadou Bah, cette situation s’explique par la conjecture économique. « La hausse du prix ce n’est pas nous aussi, ça dépend de la conjecture économique, tout est cher en Guinée. Mais vous savez le prix du bétail n’est pas règlementé. Chaque vendeur a ses prix », s’est-il défendu.

Venu acheter son mouton de Tabaski, Elhadj Ibrahima Kourouma est arrivé à convaincre Thierno Mamadou Bah après un long marchandage. Ce dernier a fini par accepter les 1 600 000 GNF du client contre les 2 200 000 GNF sur lesquels il campait.

« Avant de venir ici, je suis passé par Cosa, là-bas c’était plus cher qu’ici. Même ici c’est cher, mais comme l’immolation est un acte religieux très récompensé par Dieu, donc je suis obligé d’en payer au moins un », soutient Elhadj Kourouma, fier d’avoir acquis son bélier.

Evoluant depuis plus de 15 ans dans ce milieu, Thierno Mamadou Bah, réussit à écouler sa marchandise contre vents et marées. Même si le constat est que les clients viennent de moins en moins ces dernières années, il a une astuce toute particulière pour écouler ses bêtes.

« Vous savez moi, j’ai fait une liste de mes clients, que je contacte avant d’aller acheter ma marchandise. Là j’ai une idée sur la commande que je dois faire. Ce qui me permet d’écouler souvent ma marchandise », a-t-il confié.

Par ailleurs en Guinée, aucune statistique n’est disponible sur le nombre de bêtes immolées annuellement.

Mais en dehors des foirails, l’ambiance est aussi tendue dans les ateliers de couture.

« Il y a moins de clients par rapport à la fête du Ramadan », confie à APA Oumou Barry, responsable d’un atelier de couture au quartier Taouyah.

Constatant une réelle baisse sur son chiffre d’affaires, elle confie avoir reçu plus de 30 commandes lors de la dernière Tabaski, ce qui n’est pas le cas pour cette année.

« Maintenant où je vous parle là je n’ai reçu que 19 complets à coudre dont 12 sont déjà terminés », a noté Mme Barry, soulignant toutefois que le tissu « Léppi » est le plus prisé.

« Cette fois-ci, j’ai reçu beaucoup plus du tissu Léppi que les +Macky Sall+ ou les +Bazins Bamako+ », a fait savoir la couturière.

SD/odl/cd/APA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *