Grand rassemblement contre l’antisémitisme en France : Toute la France dénonce l’antisémitisme

Suite à la recrudescence récente  des actes antisémites en France ayant  indigné  toute  la classe politique,  plusieurs villes françaises ont assisté à de grands rassemblements ce mardi 19 février pour dire non aux propos de  haine contre son semblable. À la place de la liberté  à Paris, 20 000 personnes avaient répondu à l’appel. 

Cette question semble avoir touché toutes les sensibilités,  car, dans pratiquement toutes les grandes villes, les Français ont répondu à l’appel de rassemblement  sans distinction de race ni  de coloration  politique. 70 villes ont vibré sous la colère, seul  le rassemblement national (RN) de Marine Le Len qui n’était pas convié,  manquait aux rassemblements, mais l’opposante a dénoncé sa non-invitation  et s’est de son côté recueillie à genoux devant la plaque en hommage à Ilan Halimi (Hauts-de-Seine), un jeune juif tué après être torturé et séquestré en 2006. Par contre, Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise  était lui au rassemblement de  Marseille malgré que son nom ne soit pas en première ligne des signataires. Les gilets jaunes également,  pour  démentir les allégations faisant état que leur  mouvement est gangrené par l’antisémitisme, étaient représentés par Côme Dunis et Frédérique Mestidjian  de la liste ‘’Ralliement d’initiative citoyenne’’. Ceux-ci,  pour dire que Marine Le Pen était la ‘’bienvenue’’ parmi les manifestants, à défaut  de donner raison  aux propos du premier secrétaire du parti (PS) qui s’était refusé d’adresser un appel au (RN), une formation d’extrême droite  dont, selon lui « toute l’histoire est liée justement à la question de l’antisémitisme et du racisme ».   À noter que la présence du Premier ministre Édouard Philippe et de plusieurs membres de son gouvernement, de François Hollande, de Nicolas  Sarkozy, du président de RL Laurent Wauquiez ou du délégué général de la république en marche, Stanislas Guereni  ainsi que de nombreux représentants politiques n’a pas empêché le jour même, la profanation de 96 tombes juives dans un cimetière alsacien. Si le président français n’était pas au rassemblement le mardi, il s’était par ailleurs rendu au mémorial  de la Shoah et dans le cimetière juif profané en Alsace en guise de condamnation.

ISSA DJIGUIBA

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.