Faut-il en finir avec le G5 Sahel?

Regroupant cinq pays du sahel à savoir : le Mali, le Niger; le Burkina Faso; le Tchad et la Mauritanie, le Groupe 5 Sahel, crée pour mener une lutte implacable contre le terrorisme sévissant dans l’espace et impulsé le développement socio-économique, peine à être opérationnel. Cela, pour faute de ressources nécessaires pour son fonctionnement. Pis, il cherche désespéramment un lieu pour se caser.


Composé du Mali; le Niger; le Burkina Faso; le Tchad et la Mauritanie, la force conjointe du G5 Sahel n’arrive pas à prendre son envol. Pendant que les groupes terroristes continuent leur implantation, les Etats du G5 Sahel peinent à assurer la sécurité de leurs populations. Qu’il s’agisse du Mali, Niger ou du Burkina, les exactions des terroristes contre les populations civiles deviennent récurrentes. Ces Etats économiquement impuissants pour alimenter les caisses du G5 Sahel à hauteur de souhait, attendent toujours l’aide de la communauté internationale. C’est pourquoi, cette force militaire tarde à entrer pleinement en action et s’embourbe dans le problème de refuge. Aussi, les populations de Bamako ont manifesté leur désaccord contre l’installation du QG de la force à Badalabougou.

Si, la Minusma est confortablement installée à Bamako sans être iniquité, c’est parce qu’elle n’a pas les mêmes missions que le G5 Sahel, dont la mission est de combattre le terrorisme sur toutes ses formes. Et celle-ci est venue pour la stabilité du Mali. Par contre, le G5 est créé pour lutter contre le terrorisme au Sahel notamment dans cinq pays membres.

Alors pourquoi il n’a pu s’installer dans les zones du Sahel, s’interrogent certains manifestants contre l’implantation de son siège à Bamako. Encore, on a noté plusieurs cas de dénonciation sur les désavantages de l’installation du G5 Sahel sur un autre site.

Pour Moustapha M Traoré, citoyen lambda, cette force pour la sécurité Sahélienne n’a pas sa raison d’être pour son implantation au Mali, surtout les localités qui ont été accordés à cette mission sahélienne à savoir la région de Mopti, le quartier Badalabougou, Magnambougou et Sénou. Ce sont des endroits qui ne sont pas appropriés à l’installation du G5. Il a encore a fait savoir que si réellement le G5 est créé pour la lutte contre le terrorisme, donc, il faut qu’il parte s’installer dans des zones où les actes de terroristes sont fréquents. En terminant ses propos, il interpelle le gouvernement de ne pas accepter installation du G5 sur le sol malien, tout en invitant aussi les populations à rester déterminées sur leurs positions déjà prises.

Encore, Mme Doumbia F Cissé, elle aussi a bondé dans le même sens que M Traoré. Selon elle, le G5 est une organisation constituée de cinq pays économiquement impuissants. Lesquels ne peuvent pas aujourd’hui alimenter cette organisation. Pis, les pays partenaires africains et européens aussi refusent de s’occuper de cette structure militaire. C’est à cause de ces nombreuses difficultés que les élites de ces cinq membres voudraient que le G5 soit installé dans le Mali. Car, le Mali semble un pays dépotoir. Elle aussi volontairement lance un appel aux hautes autorités maliennes pour songer à l’avenir des enfants du Mali. Parce que tout le monde se met accord avec ça qu’une nouvelle force militaire partout où elle soit installée, il y aurait des incidents inacceptables. Pour cela, il faut que les dirigeants fassent attention.

Diarra Adama Amadou

SourceL’Œil du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *