EXTENSION TERRORISTE : BOKO HARAM AMBITIONNE-T-IL DE S’IMPLANTER DANS LE SAHEL ?

Nous savons que jusque-là, la bande sahélo Saharienne est pratiquement devenue un sanctuaire où se côtoient, ou plutôt rivalisent, deux principales entités de groupes terroristes avec chacune une espèce de pré carré. Il s’agit du groupe de soutien à l’Islam et aux Musulmans(GSIM) affiliés à AQMI et de l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS) affilié à l’EI. Ces deux faîtières terroristes, bien que rivaux, revendiquent des ennemis communs que sont les représentants des États et les armées étrangères déployées dans l’espace du Sahel. Évidemment, à l’image de tous les groupes terroristes à travers le monde, ceux qui sévissent dans le Sahel excellent eux aussi dans des guerres d’usure et asymétriques, quand il s’agit surtout d’en découdre avec des armées loyalistes.

 

Il arrive souvent que des combats violents opposent ces deux groupes. On se souvient qu’en octobre dernier un affrontement violent avait opposé les combattants de l’EIGS à ceux du GSIM avec pour bilan de nombreuses pertes en vies humaines des deux côtés. Actuellement, il y a plus d’une dizaine de jours que des combats ont été signalés entre l’EIGS et le GSIM, dans la zone du Liptako Gourma, communément appelée ‘’Zone des Trois Frontières”. Généralement l’enjeu de ces guerres récurrentes se rapporte au contrôle de certaines zones. Il ressort de sources proches des faits que pour les affrontements entre le GSIM et l’EIGS, ce sont des centaines de combattants qui sont mobilisés de part et d’autre. En juin 2020, dans la zone du Liptako Gourma, ces deux groupes terroristes s’étaient affrontés avant qu’une espèce d’arrêt des hostilités ne survienne. Depuis, les combats entre les deux organisations terroristes s’étaient calmés, le terrain sahélien, sans pour autant cesser totalement. À l’issue de ce dernier affrontement, ce sont les combattants de l’EIGS qui ont remporté certaines victoires, grâce notamment à un renfort constitué d’hommes prétendus venus du Nigeria. Nombreux ont été les observateurs qui ont parlé de ce renfort, mais sans pour autant s’accorder nécessairement sur son effectif. Mais le plus important, quant au déploiement de ce renfort, est surtout le fait qu’…

Source : Le Soir De Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.