Et le chef d’État africain le plus interconnecté sur Twitter est….

Si les dirigeants africains sont de plus en plus nombreux et de plus en plus actifs sur Twitter, peu d’entre eux se suivent mutuellement. Et dans un monde interconnecté, les comptes les plus influents ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Immersion interactive.

chef etat africain president union africaineQui se follow sur Twitter ? Plus les dirigeants du monde rejoignent le site de microblogging au petit oiseau bleu, plus s’accroît la nécessité de l’interconnexion. D’autant que deux comptes qui se suivent mutuellement sur ce réseau social ont la possibilité d’échanger des DM, entendez des messages privés, contournant ainsi des procédures diplomatiques ou protocolaires qui peuvent paraître lentes.

Parmi les leaders mondiaux, c’est Laurent Fabius qui trône au sommet du podium dans ce domaine. Le ministre français des Affaires étrangères est en effet la personnalité la mieux connectée sur Twitter, affichant plus de 100 connexions mutuelles avec les autres dirigeants de la planète, selon Twiplomacy 2015. Qu’en est-il des dirigeants africains ? Se suivent-ils mutuellement ou vivent-ils en autarcie numérique ?

La présidence du Mali, la mieux connectée 

Jeune Afrique a épluché les comptes personnels officiels des chefs d’État africains et ceux liés à la présidence de la République dans les divers pays du continent.

Il en ressort que la présidence du Mali est la mieux connectée sur Twitter : 10 connexions mutuelles avec d’autres profils personnels et institutionnels attachés à la présidence des autres pays du continent. Paul Kagamé, le président rwandais, et Uhuru Kenyatta, le président kényan, arrivent ex aequo en deuxième position avec cinq interconnexions. Suit le Sénégalais Macky Sall (4 interconnexions).

Si en moins d’une année Muhammadu Buhari – il a rejoint le réseau social fin 2014 – est rapidement devenu le leader africain le plus actif (14 tweets en moyenne par jour) et le plus influent (500 retweets (RT) en moyenne par tweet), le président nigérian ne dispose à ce jour que d’une seule connexion mutuelle avec un leader du continent. Il suit le Rwandais Paul Kagamé et inversement.

Ce n’est pas le cas de son homologue sud-africain qu’il follow depuis quelques mois. Jacob Zuma ne compte, à ce jour, que cinq abonnements. Et on n’y trouve aucun chef d’État africain.

Je te follow, moi non plus !

Plusieurs autres chefs d’État africains, à l’instar de l’Égyptien Abdel Fattah al-Sissi, du Béninois Yayi Boni ou du Congolais Denis Sassou Nguesso, ne sont pas interconnectés avec leurs pairs du continent. Certains franchissent pourtant le premier pas, en s’abonnant à des comptes d’autres dirigeants. Mais la stratégie ne paie pas toujours.

En Afrique de l’Est, par exemple, où tous les dirigeants sont présents sur Twitter, Pierre Nkurunziza, président réélu pour un troisième mandat controversé, suit tous les autres leaders de la sous-région : Yoweri Museveni (Ouganda), Paul Kagamé (Rwanda), Jakaya Kikwete (Tanzanie) et Uhuru Kenyatta (Kenya) se comptent parmi ses 18 abonnements. Mais seul le chef de l’État kényan le suit en retour.

Par les temps qui courent, les dirigeants hésiteraient-ils à s’afficher sur les réseaux sociaux avec l’homme fort contesté de Bujumbura ? Rien n’est moins sûr, les connexions sur Twitter n’étant pas toujours le reflet des relations interpersonnelles. Surtout lorsqu’il s’agit du monde politique.

source : jeuneafrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.