En déplacement en Côte d’Ivoire, le président guinéen, Alpha Condé, très critique du bilan de la mission onusienne au Mali: “La MINUSMA ne sert à rien, on ne peut pas parler de maintien de la paix quand on est en guerre…”

En déplacement en Côte d’Ivoire pour une visite d’Etat, le président guinéen, Alpha Condé, dont le pays est l’un des plus gros contributeurs de troupes de la MINUSMA, a été très critique de la mission onusienne au Mali. Pour Alpha Condé  » la MINUSMA ne sert à rien « . Il estime   » qu’elle ne peut pas résoudre le problème sécuritaire au Mali « . Ajoutant qu’on ne peut pas parler de  » maintien de la paix quand on est en guerre « , surtout dans le contexte sécuritaire malien où l’Accord pour la paix peine toujours à s’appliquer.

 

La MINUSMA est la mission de maintien de la paix la plus meurtrière de l’histoire des Nations Unies avec des centaines de morts dans les rangs des casques bleus. En dépit de la présence au Mali de quelque 12.113 militaires (issus de 56 pays) et 1.741 policiers (originaires de 28 pays), la situation sécuritaire n’est toujours pas sous contrôle. Provoquant du coup des critiques de certains pays membres du Conseil de Sécurité sur sa réelle capacité.

Le président guinéen s’est dit convaincu que  » seuls les Africains peuvent se battre en Afrique « . Comme pour dire que les casques bleus venant d’ailleurs et qui n’ont aucune maitrise des réalités africaines parviennent difficilement à s’adapter au contexte typiquement africain, « pourquoi voulez-vous qu’un Bangladais vienne mourir à Bamako ? Ce n’est pas son pays.  Au lieu de nous amener des Bangladais, que les partenaires internationaux  nous amènent les moyens qu’ils donnent à la MINUSMA pour que nous puissions nous battre, parce que tous nos pays sont menacés aujourd’hui « , a-t-il insisté, plaidant pour un accompagnement des  » partenaires internationaux au niveau des renseignements et des équipements  des forces africaines « .

Ainsi, face aux difficultés rencontrées par la MINUSMA à restaurer la sécurité et maintenir la paix, Alpha Condé propose que les fonds alloués à la force onusienne soient versés aux forces africaines, « ce que nous demandons à nos partenaires, c’est de nous accompagner, mais cet accompagnement  ne vient pas. On a promis 400 millions d’euros (262,4 milliards  de FCFA)  à la Force conjointe du  G5 sahel, jusqu’aujourd’hui je ne crois pas qu’elle ait reçu la moitié des fonds. Pendant ce temps, il y a plus d’un milliard de dollars (588 milliards de FCFA) qui est dépensé pour la MINUSMA qui ne sert à rien « , a-t-il souligné.

Toutefois, cette sortie vigoureuse du président guinéen survient au plus mauvais moment pour la mission onusienne dont le mandat sera discuté courant juin prochain au Conseil de sécurité de l’ONU.

Signalons qu’Alpha Condé n’est pas le seul chef d’Etat africain à avoir mis en cause la capacité de la MINUSMA. Bien avant lui, le président Macky Sall du Sénégal et Mahamadou Issoufou du Niger avaient plaidé pour une posture beaucoup plus offensive de la MINUSMA, surtout dans le cas malien.

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *