Diplomatie. Le soutien d’Emmanuel Macron à Paul Biya

Suite à l’attaque perpétrée contre un état-major régional de la force conjointe du G5 Sahel, les deux hommes d’État ont eu un entretien téléphonique sur des questions liées à la sécurité dans le bassin du Lac Tchad et l’avenir de la Francophonie, le 30 juin 2018.

Marlyse ABENG

La paix et la sérénité règnent désormais dans le bassin du Lac Tchad. Mais avant cette relative stabilité, les pays ont été aux prises avec le terrorisme, notamment la secte terroriste Boko Haram, obligeant ainsi certains de ses Etats membres à l’instar du Niger, Nigeria, Tchad et du Cameroun à faire face à de nouveaux défis sécuritaires. La volonté des chefs d’Etat de la CBLT a ainsi été déterminante ainsi que l’appui des partenaires stratégiques et de la communauté internationale en général, dans la lutte contre le terrorisme. Ensemble, ils ont décidé de la mutualisation des moyens militaires ayant pour finalité une lutte plus accrue et plus efficace contre Boko Haram. La France fait partie des Etats qui soutiennent les pays de la Commission du bassin du Lac Tchad (CBLT) qui ont mis sur pied une force commune, la Force multinationale mixte (FMM), dans sa nouvelle configuration depuis 2015 pour faire face à la secte terroriste Boko Haram. Jadis fief de Boko Haram, cette Commission se porte mieux aujourd’hui. Seulement, le 29 juin 2018, une attaque contre un état-major régional de la force conjointe du G5 Sahel a été perpétrée.

Suite à celle-ci, Emmanuel Macron, le président français, n’a pas manqué d’exprimer son soutien à Paul Biya. Les deux hommes d’Etat ont en effet eu un entretien téléphonique sur des questions liées à la sécurité dans le bassin du Lac Tchad et l’avenir de la Francophonie, le 30 juin 2018. Un échange tenu dans la perspective de son déplacement en Afrique en début de cette semaine et de sa participation au sommet de l’Union africaine. La condamnation de l’attaque perpétrée vendredi dernier « contre un état-major de la force conjointe du G5 Sahel » a meublé cet échange rendu public par les sites de la présidence de la République du Cameroun et de l’Elysée. Le chef de l’Etat français, présent au Nigeria, a donc particulièrement évoqué avec le président Paul Biya, « la situation dans la région du bassin du Lac Tchad et la nécessité de poursuivre la coopération régionale dans le domaine de la lutte contre les actions terroristes du groupe Boko Haram ». Une attaque, dont le premier bilan indique qu’elle a fait six morts et de nombreux blessés. Le G5 Sahel est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politique de développement et de sécurité créé en février 2014. Il regroupe cinq pays de la zone sahélienne, à savoir la Mauritanie, le Mali, le Burkina-Faso, le Niger et le Tchad. Avec le soutien de la France.

La suite de l’échange entre les deux hommes d’Etat leur a « permis d’évoquer les sujets à l’ordre du jour du sommet de l’Union africaine et l’enjeu des migrations ». Les deux pays n’ont eu de cesse de mutualiser leurs efforts en vue de trouver des solutions à ce problème de migrations qui cause de nombreuses pertes parmi les jeunes Africains en Méditerranée. Le président de la République française a marqué son soutien à l’action menée par l’Union africaine pour la résolution des crises en Afrique, précise en outre le communiqué. A titre de rappel, les relations entre la France et le Cameroun, sont uniques par leur richesse, leur diversité et leur ancienneté. «Le Cameroun est un partenaire essentiel pour la France, et je souhaite que nos relations se renforcent encore davantage à l’avenir.», écrit-il.

La dernière rencontre entre les présidents Paul Biya et Emmanuel Macron remonte à décembre dernier lorsque le chef de l’Etat camerounais avait pris part à Paris, à l’invitation du président français au « One Planet Summit » chargé d’évaluer l’accord sur le climat conclu en 2015 dans la capitale française.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *