Dakar 2014 : Le sommet des Francofolies

Le sommet des Francs…Ainsi donc, la France « honore » le Sénégal en y organisant la grande messe de la langue de Vaugelas. Cette messe ne sera pas dite en bon wolof de Mame Kocc, ni en Sérère du Sine.

Abdou Diouf francophonie

On verra dans la même basse-cour tous les dindons de la farce, nègres de service rivalisant dans la déclamation la plus sophistiquée  de la langue de Faidherbe, et tous ces maitres des fouets, canon et mousquets qui ont apprivoisé cette Afrique des fiers guerriers. Les savanes ancestrales retentissent encore des cris de déchirement des familles noires d’Afrique humiliée. Et pourtant, c’est la langue et la culture de ces tortionnaires du noir que nous célébrons avec faste et empressement.

Nous sommes fiers d’avoir produit Senghor le poète qui écrivait mieux que les plus belles plumes de Marianne.

Nous avons produit des Abdou qui, à la fin de son sacerdoce, sera béatifié d’avoir porté haut le flambeau de la langue d’autrui, de la langue des tortionnaires de ses semblables !

De Gaule était là en 1958 ! Il nous avait Compris. Sarkozy lui a emboite le pas, il n’a pas cherché midi à quatorze heure. Il nous a dit vertement que nous ne pesions absolument rien dans l’histoire de l’humanité.

Ils ont volé, pillé et caché tout ce qui pouvait donner au nègre sa dignité. Ils sont néanmoins les derniers de l’Europe. La France coloniale, il faut bien remarquer, ne pavane que dans les savanes ou sous l’ombre verte des vérandas !

Elle a pourtant gagné car toute ma génération et celle d’avant connaissent mieux la  langue de la France que celle de grand-père.

Ils ont été humiliés par un seul fils de ce pays qu’ils ont essayé de tuer par tous les moyens imaginables dans leurs cerveaux embrumés par l’éther de leur Beuvrages toxiques.

Je ne peux m’empêcher de  constater qu’après la célébration du départ en exil de Shaykh Ahmad Bamba et celle de la naissance de l’illustre Envoyé d’Allah, le Prophète Mohamed (SAW),  la France a le front de dresser tente et pérorer sur la portée de sa culture, sa langue. Macky et Abdou Diouf  pour bien servir le maitre blanc ont bien choisi leur moment.

Générations futures, je m’adresse à vous. Ils ont sacrifie la nôtre par l’arme de la musique, de la prostitution et de l’alcool. Ils ont introduit le concept de licence sans limite comme le summum de la liberté d’expression et d’être.

Prenez exemple sur Shaykh Ahmad Bamba qui leur a opposé l’arme redoutable de la foi en Dieu, du travail libérateur et la solidarité avec les siens.

Un jour est la très proche, ou la France coloniale sera obligée de rendre tous les documents qu’elle cache honteusement, mais qui comme le cancer, rongent petit à petit ce qui lui reste de conscience. Ce jour-la, gens de la génération du future, vous saurez qui vous êtes car la grande petite France sait déjà qu’elle n’est que vanité !

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *