Cybercriminalité venue d’Afrique: les pays du Nord “à blâmer” doivent “prendre leurs responsabilités” (expert)

Les pays du Nord sont “à blâmer” et doivent “prendre leurs responsabilités” face à la cybercriminalité venue d’Afrique dont sont victimes leurs ressortissants, a estimé mercredi le colonel Guelpetchin Ouattara, directeur de l’Informatique et des traces technologiques du ministère de l’Intérieur ivoirien.

Cybercriminalité danger anarque escroquerie tromperie internaute internet odinateur

La Côte d’Ivoire est un des pays réputés pour ses cybercriminels, souvent baptisés “les brouteurs”. Parmi les arnaques, l’extorsion ou la captation de fonds de victimes dans les pays développés grâce à des promesses de gains à travers des combines, la création de faux profils sur les sites de rencontre, des ventes d’objets, etc.

“On nous fait une mauvaise publicité à tort. Il faut que les pays du Nord prennent leurs responsabilités. Les personnes à blâmer, c’est pas nous, mais (…) ces pays-là”, a déclaré à l’AFP M. Ouattara, expert reconnu, qui dirige notamment la Plateforme de lutte contre la Cybercriminalité.

“Les pays du Nord ne font pas assez pour contraindre les grands groupes d’internet qu’ils hébergent chez eux à contribuer aux enquêtes pénales”, a-t-il estimé en marge d’une conférence internationale sur le renforcement de la cybersécurité et de la cyberdéfense dans l’espace francophone.

“Le Bon Coin (site d’achat) n’est pas hébergé en Côte d’Ivoire. Meetic, Facebook, Skype… ne sont pas en Côte d’Ivoire. Ce sont bien des éditeurs de logiciel et des plateformes où se commettent des crimes, et ce sont bien des plateformes qui appartiennent aux pays du Nord qui se plaignent tant de nos pays. Qu’est-ce que font ces pays? Il faut que la question soit posée à ces pays!”, a-t-il fait valoir.

“Nous mettons tous les moyens que nous avons, des moyens proportionnels à nos pays pour répondre (à la cybercriminalité). Proportionnellement, nous faisons beaucoup plus que les pays du Nord”, poursuit le colonel.

Pour lui, le “contribuable ivoirien” doit financer l’action pour “résoudre des crimes qui ne sont pas chez nous, avec des victimes qui n’osent parfois pas se présenter aux procès quand nous faisons des interpellations”.

Le colonel Ouattara a aussi rappelé que les victimes ivoiriennes des “brouteurs ivoiriens” étaient bien plus nombreuses que celles à l’étranger.

En 2013, la cyberfraude a coûté de 26 milliards de FCFA (39 millions d’euros) à la Côte d’Ivoire, reconnue pour l’habileté de ses cybercriminels, à l’oeuvre depuis le début des années 2000.

 

Source: AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *