Conférence ministérielle africaine sur le différend régional autour du Sahara : Le Maroc met en exergue son leadership à unir l’Afrique

La Conférence ministérielle africaine organisée par le Royaume du Maroc, le 25 mars 2019, sur l’appui de l’UA au processus politique des Nations Unies sur le différend régional autour du Sahara, sera l’occasion de réaffirmer le consensus africain autour de la décision 693, et de témoigner activement de l’appui africain au processus politique en cours dans le cadre des Nations Unies en vue d’une « solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara occidental, qui repose sur le compromis » (Résolution 2440 du Conseil de Sécurité).

La cérémonie était présidée par le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Naser Bourita. Dans son allocution il a souligné que cette conférence est l’exacte illustration de cette Vision royale, en ce qu’elle entend, précisément, fédérer et à aller de l’avant. Naser Bourita a, ensuite affirmé que cette unité africaine est la vision de sa majesté, Mohamed VI.
Ont pris part à la conférence, l’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap-Vert, la République Centrafricaine, l’Union des Comores, la République Démocratique du Congo, le Congo, la Côte d’Ivoire, Djibouti, le Royaume d’Eswatini, L’Éthiopie, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, la Libye, Madagascar, le Malawi, le Maroc, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud ; la Tanzanie, le Tchad, la Tunisie et la Zambie
Toutes ces nations ont reconnu à l’unanimité l’impératif de la consolidation de l’unité, du rassemblement et de la convergence de nos efforts en vue d’aboutir à une Afrique unie, afin de faire face aux défis de l’heure.
Le choix stratégique des Chefs d’Etat et de Gouvernement en vue de dépasser les causes de division, de clivage et de fragmentation, qui mettent en péril l’unité de notre Continent afin de booster son développement .
L’urgence a été de faire face aux questions prioritaires, notamment, le développement humain durable, l’intégration africaine et la prospérité de nos citoyens, dans le cadre de l’agenda 2063.
Les pays présents ont réaffirmé leur attachement indéfectible à une Afrique unie, stable, proactive et prospère, parlant d’une seule voix et à même de répondre aux défis multidimensionnels du monde complexe d’aujourd’hui et de demain ;
Mettre en œuvre la vision sage et concertée de nos Chefs d’Etat et de Gouvernement, consacrée lors de la 31ème Session ordinaire de la Conférence de l’Union, tenue les 1 et 2 juillet 2018 à Nouakchott, au sujet du différend régional sur le Sahara ;
En outre, ils ont salué l’adoption, à l’unanimité, de la décision Assembly/AU/Dec.693 (XXXI), sur le rapport du président de la Commission de l’UA sur la question du Sahara, qui réaffirme l’exclusivité des Nations Unies en tant que cadre de recherche d’une solution politique, mutuellement acceptable, réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara ;
Préserver l’esprit et la lettre de la décision 693, fruit de consultations approfondies du Président de la Commission et qui a fait objet d’un consensus salutaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement, tenant compte de son rôle fondateur dans le retour à la sérénité dans les travaux de l’Union Africaine.
Les participants se sont réjouis de la mise en place, par la Décision 693, du mécanisme de la Troïka de l’UA, composée des présidents sortants, en exercice et entrants de notre Union, ainsi que le président de la Commission de l’UA, pour apporter un soutien efficace aux efforts conduits par les Nations Unies.
Les Etats optent pour un rassemblement autour d’une mise en œuvre constructive et efficace du mandat de la Troïka de l’UA, qui consiste à protéger, à appuyer et à préserver l’intégrité du processus politique en cours dans le cadre exclusif des Nations Unies, sous la supervision du Conseil de sécurité et sous les auspices du Secrétaire général, en vue de parvenir à « une solution politique, réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara qui repose sur le compromis » (OP.2 de la résolution 2440 du Conseil de Sécurité des Nations Unies) ;
Soutenir le mandat spécifique conféré par la Décision 693 à la Troïka de l’UA, à l’exclusion de tout organe de l’Union à quelque niveau que ce soit, afin de connaitre des développements du processus politique mené dans le cadre des Nations Unies sur la question du Sahara et soutenir la Troïka au processus politique des Nations Unies doit être préservé de toute ingérences, interférences ou actions non consensuelles, de nature à concurrencer les efforts du Secrétaire général des Nations Unies et de son envoyé personnel, à compromettre la cohésion de l’Union ou à développer un processus parallèle de nature à cultiver la division entre ses Etats membres ;
Ils ont apprécié l’impact positif de la Décision 693 sur le fonctionnement de l’UA, la cohésion de ses membres et la mise en œuvre de son agenda et de ses priorités, y compris en ce qui concerne une conduite sereine et apaisée des processus de partenariat liant l’Union Africaine, à cet effet, que la formule consensuelle et consolidée de la décision Assembly/AU/Dec.635 (XXVIII), adoptée lors de la 28ème session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union, tenue les 30 et 31 janvier 2017 à Addis-Abeba, relative à la représentation de l’Afrique par la Troïka, à savoir le Président en exercice, le président entrant et le président sortant de l’Union Africaine, le président de la Commission, les présidents des Communautés économiques régionales ainsi que le président du NEPAD, élargie aux membres du Bureau de la Présidence de l’Union, constitue une solution réaliste pour la résolution de la question du format de participation aux processus de partenariat liant l’Union Africaine et ses réunions ;
Estimer que toute initiative visant à porter atteinte à la teneur de la décision 635 risque de nuire à la crédibilité des processus du partenariat, et à leur contribution à la réalisation des objectifs de développement du Continent Africain ;
Salué vivement l’initiative constructive du Royaume du Maroc de convoquer cette Conférence, qui démontre son adhésion à la mise en œuvre de la décision 693 ;
Remercié les délégations des Etats africains membres de l’Union Africaine ayant participé à la Conférence Ministérielle Africaine sur l’appui de l’Union Africaine au processus politique des Nations Unies sur le différend régional sur le Sahara.

« Loin de nous, l’idée de susciter un débat stérile ! Nous ne voulons nullement diviser, comme certains voudraient l’insinuer ! Vous le constaterez : Dès que le Royaume siègera de manière effective, et qu’il pourra apporter sa contribution à l’agenda des activités, son action concourra, au contraire, à fédérer et à aller de l’avant » a affirmé le ministre Naser Bourita.

Source: Le 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *