Burkina : Roch Kaboré veut légitimer les Koglwéogo mais …

Roch Kaboré a reconnu l’apport des Koglwéogo en matière de maintien de la sécurité, a-t-on appris de l’AFP. Le président burkinabè a tenu tout de même à nuancer ses propos en les appelant à respecter les « droits humains ». C’était lors de son séjour en France.

Roch Marc Christian Kabore chef etat president burkina faso

Roch Kaboré souffle le chaud et le froid.

Roch Kaboré réfléchit sur l’avenir des Koglwéogo. Ces groupes d’autodéfense défraient la chronique en ce moment au Burkina Faso. Entre les dissoudre et les encadrer, le chef de l’exécutif burkinabè a donné son point de vue : « Les forces de sécurité n’arrivent pas à assurer la sécurité sur l’ensemble du territoire. (…) Les Koglwéogo ont fait parfois du bon travail, parce qu’ils ont pu récupérer des objets, des animaux volés à des paysans. Mais là où le bât blesse, c’est que les méthodes qui sont utilisées vont à l’encontre des droits humains. »

Il est bien évident que ce groupe d’autodéfense donne du fil à retordre au nouveau régime qui ne sait véritablement comment les canaliser. En même temps que ceux-ci constituent des supplétifs pour les forces de défense et de sécurité dans des zones reculées, leur mode opératoire reste quelque peu expéditif. Le chef suprême des armées pose ses conditions : « S’ils veulent continuer à travailler pour assurer la sécurité des citoyens, ça sera (en lien)avec la police et la gendarmerie. Tous ceux qui se mettront en dehors de ça répondront devant la justice. »

Notons que ce groupe d’autodéfense a été maintes fois épinglé par des ONG et autres organismes de défense de droits de l’homme pour des actes inhumains et dégradants sur des populations civiles. Les autorités burkinabè tentent donc de les ramener sur le droit chemin.

Source: afrique-sur7

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *