Burkina Faso : Deux instituteurs exécutés par leurs ravisseurs

Les terroristes passent à l’acte juste après la publication par le gouvernement burkinabè  d’une liste de 247 individus recherchés pour leur  participation à une entreprise terroriste. Les cibles de cette mesure sont les chefs de cellule, combattants ainsi que leurs complices investies dans le terrorisme. Deux enseignants capturés sur le chemin de retour pour le week-end, dans leur village  d’origine à Djibo le   11 mars dernier, ont été exécutés  par les ravisseurs. Mais  une source militaire de la RFI  quant à elle, avance   la thèse d’une réponse  au vaste  programme  de l’État de recouvrir les écoles fermées depuis un moment à cause de l’insécurité grandissante  dans certaines zones: « D’ordinaire, les personnes enlevées sont relâchées, cette fois, elles ont été exécutées ».

Les corps sans vie des deux hommes ont été retrouvés à 150 km de Djibo  à l’entrée de la ville de Koutoukou, a indiqué la RFI. Dans un communiqué publié le mardi 19 mars, le ministère de l’Éducation nationale  a confirmé  la mort des deux hommes. La même source sécuritaire de la RFI indique que les deux hommes auraient été enlevés et « emmené à bord  d’un véhicule de médecin sans frontières, dérobé quelques heures   avant ». Cette exécution obtient le but recherché, dans la mesure où l’objectif visé par les opérations  terroristes après  les crimes  de masse  est l’instauration d’un sentiment de Psychose  et de panique générale  au niveau de la population. Comme nous montre ce témoignage : «   Nous vivons la peur au ventre, je ne peux pas vous parler », a indiqué à RFI, un instituteur qui connaissait bien les hommes.

ISSA  DJIGUIBA

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *